Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Galaxies NS n°7

16 Février 2010 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

416442galaxies7Le Galaxies NS nouveau est arrivé ! Et je l’ai terminé. Pour ne rien vous cacher, c’est d’ailleurs celui de la nouvelle série que j’ai lu le plus rapidement et le plus apprécié.

Les revues et fanzines de SFF ont en général une qualité que j’adore, à laquelle ne déroge pas ce numéro : elles me donnent envie de lire, et ce numéro n’a pas failli. J’y ai tout d’abord découvert Martin Winckler. Non que je n’en aie jamais entendu parler auparavant, mais il faisait partie de ce vague marasme de nom d’auteurs « à lire un jour si l’occasion de présente ». C’est chose faite, avec « Alice in Wonderland », nouvelle d’ouverture, où l’on croise un médecin passionné de jazz et un mystérieux collègue, disparu sans laisser de trace alors qu’il menait des recherches destinés à soulager le moment du passage de la vie à la mort. Si je l’ai trouvé bien écrit, j’avoue que ce texte m’a laissée un peu perplexe. Peut-être parce que le jazz est un langage que je maîtrise mal (voire pas du tout), à moins que ce ne soit la structure « circulaire » de l’intrigue… toujours est-il que l’entretien avec l’auteur m’a davantage convaincue. Et ça tombe bien, la trilogie Twain est au chaud à portée de main.

La nouvelle de Gaiman, « L’affaire des vingt-quatre merles » est un texte sans prétention, bien agréable, et…  qui aurait pu porter le même titre que celui de Winckler. Je me demande si c’est l’effet Burton, mais en tout cas, les personnages de Lewis Caroll semblent avoir le vent en poupe.

Si j’ai bien ri avec « Le Printemps des murailles » de Fabien Clavel (non que ce soit un texte drôle, ni une thématique réjouissante que celle des clivages qui scindent une société, mais la numérotation des CSP est un sujet d’humour familial. Si, si. Moi qui appartient à deux catégories, et suis, comme une partie des sondés, plus ou moins classable, ça m’amuse beaucoup), le texte que j’ai préféré est de loin « Eternité.com », ou l’art de pousser le vice pathétique du commerce virtuel à son comble. Un texte vraiment excellent, où j’aurais juste aimé un peu plus de surprise à la fin.

Enfin, je conclurai sur ce numéro avec le dossier sur la SF d’Amérique latine. Jacques Fuentealba en parle avec enthousiasme et passion, et aurait presque réussi à me faire regretter d’avoir été totalement réfractaire l’espagnol durant toute ma scolarité. Presque seulement, vu que certains textes traduits sont disponibles !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article