Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Articles avec #post it tag

Lus en juillet (et peut-être en juin...)

27 Juillet 2017 , Rédigé par Angua Publié dans #Un journal semi-littéraire, #Post-It, #Post It

Parce que la vie va trop vite ailleurs, allons à l'essentiel ici :

Le temps de Palanquine, de Thierry Di Rollo. Waouh. Claque somptueuse sur laquelle je développerai ailleurs.

 

La passe-miroir, Christelle Dabos, tome 3 : bon moment encore, mais... une impression de commencer à tourner en rond qui me chagrine. Et la frustration d'un tome suivant à attendre.

L'art du hygge : lire du niais, ça détend. Tout un bouquin pour vous expliquer que l'art de vivre à la danoise, c'est chocolat chaud et plaid douillet, ça me va bien, surtout par ce temps.

L'éducation sentimentale, de Gustave Flaubert (ou comment je caresse à nouveau la tradition de lire toutes les oeuvres au programme de l'agrégation). Une immersion totale, redécouverte toutes ces années après la première lecture. Je pense que les grands textes accompagnent une vie et se redécouvrent toujours, encore, et encore, à chaque lecture, et là, joie des retrouvailles et émerveillement de l'épaisseur des lectures à venir encore... seul bémol : le nombre de soirées mobilisées, pendant que la pile, elle, épaississait.

Le linguiste était presque parfait, de David Carkeet. Dur de succéder à Flaubert, et j'ai trouvé le début fade avant de me réjouir d'une lecture légère.

La glace et le sel, José Luis Zarate. Je pourrais vous dire qu'il y a de la poésie dans l'écriture, que la sensualité suggérée du vampire y est exacerbée, mais je m'y suis trop ennuyée à lire les états d'âme sexuels du capitaine du Déméter. Qualité : en une paire d'heures, c'est plié.

 

 

 

Lire la suite

Les lois naturelles de l'enfant (Céline Alvarez)

22 Juillet 2017 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures curieuses, #pédagogies, #Post It

Il y a longtemps que je l'ai refermé à l'heure où je m'assois devant l'écran pour enfin en parler... les articles étant nombreux à son sujet, je ne vais pas m'étaler et me contenter de quelques impressions :

- la démarche fait rêver, la lecture des activités mises en place est claire, et clairement passionnante. Convaincue de nombreux bienfaits de la pédagogie Montessori (mais pas tous, mécréante que je dois être), je me suis régalée au récit de la mise en place des ateliers.

- cette femme se drogue. Ou appartient à une secte. Ou les deux. Au début, l'introduction laisse penser qu'elle est seulement pédante, et souvent méprisante envers les enseignants, mais au fil des pages, l'évidence s'impose : il y a quelque chose, un je ne sais quoi d'indéterminé qui fait qu'on comprend pourquoi elle a suscité tant de haine et de moquerie, au-delà du mauvais esprit et du second degré qu'on peut trouver en ligne. Par exemple, elle explique à quel point le monde est meilleur grâce à un enfant éduqué selon les précepte Montessori, puisqu'on lui sourit, il sourit, et hop, sa famille rayonne et le monde est beau.

- avoir ce bouquin m'a rendue encore plus suspicieuse que je l'étais lors des portes ouvertes de la maternelle où ira mon fils à la rentrée. Pauvre instit qui l'aura en classe et me verra froncer les sourcils à tout bout de champ, j'espère que je saurai me tenir...

Pour conclure : rien de révolutionnaire si on connait déjà Montessori, mais un bouquin fouillé, dense, bourré de références pour aller plus loin, à mon avis un vrai support pour les collègues intéressés ou les curieux comme moi. A condition de respirer bien fort quand l'auteur part dans des délires pseudo-mystiques sur les enfants.

 

Lire la suite

Chuis pas morte

5 Juin 2016 , Rédigé par Angua Publié dans #Post It

... mais toujours débordée, peut-être de plus en plus. Mais pas décidée pour autant à abandonner ce blog. L'idée d'aller voir ailleurs me chatouille parfois (souvent), mais voir plus haut : le temps, le temps, le temps...

Du coup, j'envisage une nouvelle catégorie : le Post-It. Juste pour garder en mémoire mes lectures, du bref, de l'essentiel de ce qui en reste, un soir tard où je n'aspire qu'à dormir après des journées (trop) bien remplies !

Lire la suite