Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Merfer (China Mieville)

5 Juin 2017 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

J'aime autant China Mieville car sa plume a l'art de surprendre. Contrepartie : j'en attends beaucoup chaque fois que je commence l'un de ses romans... et tout n'est pas le choc esthétique de Perdido Street Station ou Legationville.

 

La Merfer est une mer de rails, où les trains sont de véritables navires qui risquent la vie de leurs occupants pour la chasse ou pour l'exhume, activité lucrative qui consiste à récupérer ce qui resterait dans les épaves ou les objets abandonnés par des espèces extraterrestres. Personne ne sait vraiment quelle est l'origine de la merfer et des réseaux ferroviaires qui relient les îles que sont les villes. S'éloigner du rail hors d'un train est synonyme de mort assurée, les bestioles en tout genre grouillent, avides de chair, et le moindre lombric est assez long pour arracher la jambe du malheureux égaré.

Sham est embarqué comme apprenti médecin à bord du Medès, sous les ordres de la capitaine Picbaie qui fait partie de ces capitaines mythiques ayant une philosophie, c'est-à-dire une quête personnelle, une némésis de poils ou de chitine. Jackie la Nargue, darboune de son état (on dirait bêtement "taupe", par chez nous), aux allures Moby Dick assumées. Or, ils croisent une épave dans laquelle Sham accède à l'équivalent d'une puce qui contient des photos... dont une image de rails isolés, seuls. Aux confins du monde connu, dans une zone où personne ne s'aventure. Tout novice qu'il est, sa propre philosophie apparaît : il part en quête des descendants des conducteurs de l'épave, fasciné par ces images impensables.

Moui.

Soyons honnêtes : j'ai passé un bon moment avec ce roman, Mieville sait quand même sacrément écrire, et la traduction m'a inspiré quelques pensées admiratives. Mais... il y a un mais. Ce monde tout de rails parcouru, malgré la mythologie qui s'y associerait, m'a laissée sur ma faim. Ma crédulité ne s'est pas assez suspendue, et l'intrigue aux étapes finalement bien classiques s'est conclue un peu facilement à mon goût. Tant pis. J'attends le prochain.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article