Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  Journalsemilitteraire
Articles récents

La fontaine des âges (Nancy Kress)

28 Février 2021 , Rédigé par Angua Publié dans #Micro-Billets, #Lectures SFF

Pourquoi est-ce que je ne lis pas plus souvent Nancy Kress ? Ah oui, le temps. C'est bien dommage.

Le narrateur est devenu vieux et méprisé par son fils et ses petits-fils. Non que ces derniers soient des raclures amorales , au contraire, son fils a un grand sens de la justice et vit mal d'avoir un père qui a connu la prison pour des magouilles financières dont tous les fils n'ont pas été démêles à l'époque de sa condamnation. Aujourd'hui, la vieillesse est là, avec son cortège de souvenirs, et le drame arrive : la bague, souvenir de son seul véritable amour, est perdue. Pas les sentiments. Il décide alors de retrouver celle qu'il a tant aimé, et de gagner la station orbitale où il recevra le traitement qui bloquera son vieillissement.

Un monde étoffé, des sujets de réflexion à foison et une plume toujours alerte rendent le plaisir de la lecture immense.

Lire la suite

Sauveur et fils - T.6, Marie-Aude Murail

26 Février 2021 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures jeunesse, #Micro-Billets

 

On présente encore ? Lu pour faire une pause dans un recueil de nouvelles absolument consternant, je me suis presque félicitée d'être passée à coté lors de sa sortie. Concrètement, rien de neuf sous le soleil : le plaisir de retrouver les personnages, le monde guimauve de Marie-Aude Murail, le pari du plaisir simple de la série qui s'engloutit gloutonnement (je pléonasme si je veux) est réussi.

Lire la suite

Chez soi (Mona Chollet)

24 Février 2021 , Rédigé par Angua

https://images2.medimops.eu/product/468e60/M02355220778-source.jpg

 

Comment habiter son espace, l'histoire de cette habitation, le plaisir de vivre en casanière... j'ose le truisme en observant que cet essai est en plein dans l'actualité ?

N'empêche que ce fut un plaisir de le lire. J'avais découvert Mona Chollet avec Sorcières, la magie a opéré à nouveau, et je me surprends à considérer le grand bordel qui s'étale dans mon intérieur d'un autre oeil depuis ma lecture. Evidemment, une envie vague de rangement est là, mais cette lecture ne fait que conforter ce que je dis souvent : j'occupe mon espace.

Lire la suite

Eloge du risque (Anne Dufourmantelle)

10 Février 2021 , Rédigé par Angua

Je suis au milieu de cette lecture qui me laisse perplexe :

eloge du risque headliner

D'un côté, des réflexions intéressantes, de l'autre... la dame s'écoute beaucoup écrire. Je veux bien m'accommoder de ce détail, nous ne sommes pas dans la fiction mais plutôt dans de la réflexion, de la théorie... et là pointe l'autre gêne. Je ne pense pas avoir une vie particulièrement extraordinaire, et pourtant, à plusieurs reprises, j'ai eu l'impression, pour ne pas dire la certitude, que la connaissance des choses que peut avoir l'autrice n'est que théorique, justement... c'est déroutant.

Et matière à méditation pour mes velléités d'écriture. Qu'est-ce qui fait qu'à certains moments, elle donne aussi fort l'impression de gloser sur du vide ? Pourquoi n'est-elle, ne m'est-elle pas crédible alors qu'elle est un poil plus avancée dans la réflexion que moi sur les sujets qu'elle aborde ?

Lire la suite

En janvier

7 Février 2021 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures classiques, #Micro-Billets

Divers et varié :

Ceux qui me connaissent savent que j'ai une affection particulière pour le personnage d'Arsène Lupin. La série de Netflix est passée par là, j'ai cédé (sans grande résistance) aux sirènes qui appelaient à la relecture et me suis plongée dans cet omnibus jamais terminé.

Est-il besoin de le présenter ? Lupin est invraisemblable, parfois colérique, au bord du gouffre et de sa propre perte, mais s'en tire toujours par une pirouette, a les bons alliés et les identités qu'il choisit. Un héros dans toute sa splendeur, les failles en plus qui en font l'humanité, dans une Belle Époque rêvée où les malfrats ne sont pas les plus miséreux et ont souvent le sens de l'honneur. Réconfortant et reposant.

Résultat de recherche d'images pour "la fabrique du consommateur"

La fabrique du consommateur : une histoire de la société marchande, d'Anthony Galluzzo

Une lecture agréable sur laquelle j'ai du mal à écrire. J'ai le sentiment d'u avoir lu des évidences tant le propos est clair, et je me suis régalée sans réussir à mettre le doigt sur ce que j'avais appris de concret.

 

                    

Nouvelle plongée dans Le Prince-Marchand de Poul Anderson, motivée que j'étais à lire le quatrième tome qui vient de m'arriver. J'y ai picoré, puis ai commencé le 2e volume, pour le reposer. Allez savoir pourquoi, je ne suis pas d'humeur, je crois que j'ai épuisé mon besoin de terrains connus avec Maurice Leblanc ces dernières semaines.

J'ajoute une quantité incalculable de Scrameustache, de Gaston Lagaffe et de Spirou, dont notre série incomplète a récemment rejoint les étagères accessibles à notre fils. Des perspectives nouvelles et intenses se sont ouvertes à lui, et à nous qui les lui lisons.

Lire la suite

Le Cirque interdit (Célia Flaux) & le 4e mur

30 Décembre 2020 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF, #Lectures jeunesse, #Post It, #SFF, #Un journal semi-littéraire

Retour des résolutions de début d'année (cherchez pas, les vacances des fêtes sont celles de la déconnexion totale du boulot et du laisser-aller complet, et, ô surprise, j'y reprends le temps de blogguer) et retour des brèves et réflexions en vrac.

J'ai fini cette nuit Le Cirque interdit, de Célia Flaux, roman jeunesse fort sympathique dans un univers vaguement dystopique où les sports à risques sont rarement pratiqués, faute d'être assurés. Maria, orpheline employée de l'Assurance, énorme entreprise qui a pour ainsi droit de vie et de mort morale sur ses assurés, infiltre le dernier cirque du pays pour enquêter sur la mort de ses parents. Elle y rencontre Mathieu, voltigeur qui aspire à devenir clown. Évidemment, la suite est un peu cousue de fil blanc, mais je cherchais une bluette et de la légèreté assez bien écrite pour ne pas être agacée, j'ai trouvé mon bonheur.

Et pourquoi le 4e mur ?

Parce que l'insomnie qui a suivi la fin de ma lecture (aucun lien de cause à effet) m'a amenée au constat que ces derniers temps, je lis attentivement les remerciements qui suivent un texte, et que cela casse sérieusement mon approche du livre. Depuis toutes ces années à échanger en ligne et IRL avec le (tout) petit milieu de la SFF, je commence à connaitre, au moins virtuellement, assez de noms pour être curieuse de savoir qui remercie qui pour quoi, et lire les remerciements est une replongée directe dans la réalité brutale après plusieurs centaines de pages d'oubli dans un roman.

Lire la suite

Liste de fin d'année

28 Décembre 2020 , Rédigé par Angua Publié dans #Un journal semi-littéraire

Pour garder des traces, encombrer le serveurs, retrouver plus vite le titre que j'ai sur le bout de la langue...

Lus en août :

Trois hourras pour Lady Evangeline, Jean-CLaude Dunyach

VieTm, Jean Barré

Les affamés, Silène Edgar

Les machines fantômes, Olivier Paquet

Lus en septembre :

Les agents de Dreamland, Cailtlin R. Kiernan

No futurs, anthologie (ActuSF)

Vivre avec le trouble, Donna Haraway

Le Petit Nicolas et les copains, Sempé

Les vacances du Petit Nicolas, Sempé

Lus en octobre :

Sunk, Sabrina Calvo & Fabrice Colin

La planète inquiète, Christian Léourier

Peer Gynt, Henrik Ibsen

L'alliance, Lois McMaster Bujold

Mal d'enfant, ELizabeth George

Lus en novembre :

La reine rouge, Lois McMaster Bujold

Sorcières - la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet

La Chose, John W. Campbell

Venezia - Codex Bellum, Trondheim & Parme

La machine s'arrête, E. M. Forsters

Apprendre si par bonheur, Becky Chambers

Toufdepoil, Claude Gutman

Ceux qui sauront, Pierre Bordage (abandonné aux trois quarts)

Perseus, BD, tomes 1 & 2

Oh boy ! Marie-Aude Murail

Semiosis, Sue Burke

Lus en décembre :

Tourville, Alex Jestaire

Aldébaran, Léo, tomes 1 à 5

Centaurus, Léo & Rodolphe, tomes 1 à 5

L'effondrement de l'empire, John Scalzi

Les flammes de l'Empire, John Scalzi

Pour une écologie des relations, Philippe Descola

Amazonia, tomes 1 à 5, Léo & Rodolphe & Marchal

Atlantis, David Biggins

Sacrées sorcières, Roald Dahl & Pénélope Bagieu

Echangée - Trylle, t.1, Amanda Hocking

... où je compte 29 titres (oui, pour les BD, le décompte est anarchique), soit un total de 70 pour l'année 2020 à l'heure où je vous écris ces lignes.

Lire la suite

Relire Aldébaran

27 Décembre 2020 , Rédigé par Angua Publié dans #BD, #Un journal semi-littéraire

Dix ans après, peut-être onze, j'ai relu Aldébaran. Peut-être avais-je déjà écrit écrit un article à son sujet à l'époque de sa découverte, qui doit se terrer quelque part sur ce blog. Dix ans après, donc, j'ai relu l'intégrale d'Aldébaran, parce que j'avais besoin de réconfort, et que je me souvenais d'avoir été emportée.

La magie a opéré à nouveau. J'y ai retrouvé la fascination pour la mantrisse, la naïveté des personnages, globalement simples et prévisibles, mais ô combien familiers.

Et surtout, j'ai compris à quel point cette œuvre m'avait nourrie, inconsciemment. Parce que les créatures me fascinent, et maintenant que je recommence à écrire, elles sont partout, dans mes textes, visibles ou en arrière-plan, et que dans le grandiose des bestioles de Léo, je retrouve une magie hypnotique à laquelle j'aspire.

 

Relire Aldébaran
Lire la suite

Lus en juillet

29 Juillet 2020 , Rédigé par Angua

Lettre ouverte aux futurs illettrés, de Paul Guth. Vieillerie réac trouvée dans une boite à livres, vieille de 40 ans, qui dénonce (entre autre) la diminution des contenus solides à l'école au profit des "savoir-faire" et autres éveils. Notons que des enseignants de 6e sont cités et se désolent d'avoir face à eux des élèves incapables de lire et de comprendre... cela vous rappelle quelque chose ? Il y a de quoi, à part des passages bien poussiérieux (ah, ces enfants qui ne peuvent être épanouis si leurs mères passent les trois premières années de leur vie à faire autre chose que s'en occuper...), on pourrait croire que ce bouquin est de l'année. Finalement, la chute du niveau est une constante.

Coeur d'encre, de Cornelia Funke. Roman jeunesse, distrayant, vite lu, mélange de fantasy et d'amour des livres.

Mercy Thompson, tomes 1 à 7 (sauf le 5, disparu). Relecture de vacances, à raison d'un par jour. Finalement, c'est comme un gros pavé sur plusieurs semaines, si ce n'est que le cerveau a les doigts de pied en éventail.

Le Livre de la jungle, de Kipling. On le présente encore ? Je ne l'avais jamais lu, pleine d'a priori sur les idées colonialistes de l'auteur et mon peu d'intérêt pour les histoires animalières. Et pourtant... les aventures de Mowgli m'ont éblouie, avec une mention spéciale pour Kâ.

 

Lire la suite

Redshirts (John Scalzi)

7 Juillet 2020 , Rédigé par Angua

Ou comment j'en viens à me dire que depuis que j'ai découvert ses bouquins, je sens bien que je tiens quelque chose, une alchimie, qu'une place est en train de se creuser dans mon panthéon personnel... Sans déconner, Scalzi écrit des bouquins géniaux, et ce roman tape dans le mille des sujets capables de m'embarquer, contrairement à ce qui précède.

Dans ce roman, Dahl se trouve affecté sur un vaisseau prestigieux de l'Union Universelle. Joie, bonheur, gloire, rêve d'une vie ! Or, il se passe des choses étranges à bord de ce vaisseau, très étrange, notamment en présence de certains des gradés. Il est par exemple certain qu'une sortie aux côtés de l'un d'eux causera la vie d'un trouffion, immanquablement. Il y a la Boite, capable de de résoudre n'improte quel problème. Il y a... vraiment, il y a des étrangetés. A s'en demander s'il n'y aurait pas des scénaristes sans pitié pour les personnages secondaires derrière tout ça. Et pour cause...

Si tu crains les spoilers, ô lecteur improbable en ces lieux désertés, fais demi-tour, car je vais te dévoiler la clef du mystère.

 

Redshirts (John Scalzi)

Figurez-vous que oui, il y a bien un scénariste cruel derrière les morts et les accidents terribles qui émaillent les voyages de L'Intrépide, un sénariste au sens propre, qui oeuvre de notre jour, dans notre monde, à Hollywood. Et les explorateurs de l'Intrépide le découvrent et n'hésitent pas à s'engouffrer dans la faille narrative pour aller à leur rencontre, et de surprise en surprise en croisant les acteurs qui incarnent leurs rôles... mentionnant les derniers chapitres de ce roman, où fiction et réel s'entremèlent encore plus étroitement.

L'histoire est facile, légère, et ne se prend pas en sérieux. Le fond, la réflexion, les considérations sur le franchissement du quatrième mur sont sans fin après cette lecture, et là réside le talent de Scalzi.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>