Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Entends la nuit (Catherine Dufour)

12 Janvier 2019 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Ou : "Comment un excellent bouquin m'a déçue"

 

Myriame accepte un job dans une grosse société de veille informatique, contrainte et forcée par des circonstances qui sont d'abord floues. La mort dans l'âme, elle revient vivre à Paris chez sa mère, à court d'argent, et découvre la société Zuidertoren, un monde à l'image de nombre de grosses boites aujourd'hui : personnels sous pression, dirigeants déconnectés de la vraie vie de leurs sous-fifres. Ils sont grands, ils sont beaux, ils sont loin, tandis que Myriame s'installe dans un bureau totalement insalubre qu'elle rend vivable comme elle peut.

Dans ce monde merveilleux, Pretty Face, application d'entreprise qui permet à tout le monde de surveiller que tout le monde travaille de manière permanente, lui fait faire la rencontre de Vane. Un supérieur lointain, lui aussi, et plus que mystérieux. Elle n'a pas le choix : elle doit travailler, et donc lui faire la conversation par chat quand il le désire. Bien sûr, il le désire beaucoup, et souvent, et leur relation se complexifie, surtout quand elle se voit attribuer un logement grâce à lui...

Bon, on va pas tourner autour du pot : nous sommes dans la bit lit pure et simple, le ton de Catherine Dufour en plus. Et heureusement.

Objectivement, Myriame est une vraie femme de caractère, malgré les attitudes de serpillère typiques du genre. On est bien une forme de détournement des codes, mais au final, ils sont trop présents pour que je m'y sois retrouvée : le bellâtre est un bellâtre, le dégoût inspiré par sa nature, la visite de son monde et de ses dangers, le refus apparent de l'héroïne qui se laisse rattraper par le désir... tout y est. Tout y est trop, même si le twist final éclaire ce qui précède d'un jour nouveau.

En fait, je finis par me trouver pénible moi-même. J'ai été déçue par ce roman parce que j'ai lu de la bit lit, alors que je voulais retrouver la créativité incroyable de Catherine Dufour, qui maitrise l'art de créer des mondes fous dans une langue bien à elle, et que je me suis laissé surprendre : elle a pourtant bien le droit de faire autre chose et de suivre les sentiers battus, une fois de temps en temps.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Je ne connais pas du tout l'auteure.. mais je vais tenter de la découvrir. Peut-être pas avec ce roman, mais bon!
Répondre
A
Ne te fie pas à ma déception : c'est quand même un sacrément grand roman ! ;)