Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Seigneurs de l'Olympe (Javier Negrete)

14 Juin 2018 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF, #Lectures curieuses, #ChallengeABCImaginaire2018, #Un journal semi-littéraire

Avertissement : ce qui va suivre est volontairement une non-chronique, et un ramassis d'impressions de lecture.

 

Zeus, Hermès, Athéna, l'Olympe... soyons honnêtes, j'aime bien la mythologie, mais sans plus. Souvent, les généalogies m'échappent, les causes précises des malédictions divines aussi (faire lire des tragédies aux collégiens, une passion trop peu assouvie), je suis capable de confondre noms grecs et latins... bref, j'essaie, mais pas assez fort.

Ensuite, la fantasy peut vite me poncer aussi.

Bref, lire Seigneurs de l'Olympe n'était pas gagné, d'autant plus que ce roman était oublié sur son étagère depuis... 2007. Oui. Il porte encore sa gommette des Utopiales. Heureusement que le ChallengeABCImaginaire est passé par là. Et Jeanne-A Debats, car mon souvenir très nébuleux l'associe à cet achat. Table ronde, conversation informelle ? Allez savoir... je suis à peu près de l'avoir entendue le conseiller quelque part.

En toute honnêteté, j'ai commencé par m'ennuyer. Je sortais du rythme sautillant de Terry Pratchett, j'arrivais avec l'esprit méfiant de qui se demande si ses souvenirs sont assez précis pour repérer l'ajout de l'auteur et les vrais faits mythologiques.

Puis mon cerveau a switché. Athéna a perdu sa virginité dans les premiers chapitres, et je crois que c'est à partir de là que j'ai réussi à entrer dans le bon état d'esprit, celui qui me fait lire n'importe quel texte sur la Table Ronde comme une légende que chacun peut réécrire, car finalement, la mythologie gréco-latine est de la même veine. J'ai accepté de me laisser porter, j'ai retrouvé des représentations que j'ai moi-même des dieux mis en scène, le terrain a semblé familier et... j'ai dévoré ce roman.

Oh, le résumé ? J'irai à l'essentiel : la tentative de prise de pouvoir de Typhon et la Gigantomachie. Et un solide dossier final qui fait le tri entre imagination pure et matière antique, qui rend ce qui a précédé d'autant plus passionnant et m'a presque donné envie de me tourner vers la Bibliothèque d'Apollodore. Excusez du peu !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article