Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Hommage à RCW (1960-2061)

30 Septembre 2013 , Rédigé par Angua

Il y a un peu plus d'un an, Roland Wagner nous quittait, laissant derrière lui chagrin et stupéfaction devant la brutalité de l'événement. Je n'étais pas une intime de l'homme, mais j'avais eu l'occasion de le croiser suffisamment pour qu'il m'inspire une sympathie profonde en plus de l'admiration que j'éprouve pour lui en tant qu'auteur.

Pourtant, il y a un an, j'ai fait parti de ceux qui ont pleuré comme des fontaines. Je me souviens d'avoir commencé sur le chat alors en vacances chez nous, lequel profitait paisiblement de genoux installés devant un écran. Un chagrin que je ressentais comme illégitime, pour n'avoir pas été une amie proche mais une "simple" lectrice.

Au fond, ce n'est pas "simple". Tous les (gros ?) lecteurs savent qu'une relation forte peut se nouer avec un texte. Je ne parle pas du plaisir premier de la lecture, mais de ces impressions qui vont au-delà. Les Futurs mystères de Paris, par exemple. Je ne les ai pas terminés à ce jour (je venais d'achever l'Aube incertaine, en juillet ou août 2012), mais il y avait une de ces impressions, celle de l'univers où on se sent chez soi, où on comprend ce qui passe dans l'esprit des personnages, où tout semble couler de source. Où on se sent bien. Ou cette impression de roman total, d’œuvre d'art à part entière devant Rêves de Gloire...

Samedi, j'étais à Clamart avec ma Moitié Poilue pour une journée d'hommage à Roland Wagner. Le sentiment d'illégitimité demeure vif au milieu de ceux qui l'ont connu de près, mais là n'était pas l'objet de ces retrouvailles, magnifique moment de retour sur ses livres, son œuvre, sa musique, ses amis, l'homme, l'auteur. Un moment étrange et magique, où le chagrin a laissé place à une pensée émue et souvent amusée, entre évocation du découpage en deux tomes de Le jour de mai, de révélations de références musicales, de souvenirs de bières partagées, de projets fous, de provocations, d'écriture, de lecture, et j'en passe, et surtout de passion pour la littérature de SF, quelle qu'elle soit.

Un grand et beau moment, qui m'a résolue à reprendre ma lecture de Futurs mystères là où elle avait été interrompue...

A défaut de photo potable de cette journée, la fierté de notre salon-bibliothèque !

A défaut de photo potable de cette journée, la fierté de notre salon-bibliothèque !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Escrocgriffe 02/10/2013 10:17

J'ai éprouvé également une grande tristesse à l'annonce de sa mort : mon frère le connaissait, et j'ai réalisé que je n'aurai jamais cette chance... Je le regrette d'autant plus que cet auteur faisait l'unanimité humainement parlant, c'était quelqu'un de bien.

Angua 07/10/2013 18:12

C'est trop maigre pour être une consolation, mais il reste ses livres... et il y a effectivement de quoi le regretter, largement !