Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Retour à Salem - tome 1 (Jacques Fuentealba)

5 Mars 2013 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

salem.jpgAh, Salem, ville légendaire à plus d'un titre, entre ses fameux procès et la littérature qu'ils inspirèrent et inspirent encore... pour preuve le roman de Jacques Fuentealba, directement inscrit dans la lignée des récits de sorcellerie anglo-saxons.

 

L'histoire est celle d'un rassemblement entre membres de grandes familles de sorciers, à l'occasion d'une cérémonie cyclique et nécessaire qui se tient tous les 28 ans. Les ingrédients incontournables des sagas familiales sont réunis : lutte de pouvoirs et d'influence, défenseurs de la tradition et réfractaires, cousins volontairement disparus ou oubliés, mais sachez-le : la famille, c'est une chose qui vous rattrape toujours, et quand on ne le choisit pas, rien ne garantit que les retrouvailles se feront dans la joie et la bonne humeur.Même si l'idée de "famille" va ici au-delà des liens du sang.

 Tout ce petit monde rassemble entre autre une sorcière vaudou assoiffée de vengeance après le meurtre brutale de sa mère. Un gitan, roi du poker, subitement cible de tueurs dont il ignore tout. Une adolescente rebelle qui se découvre des pouvoirs meurtriers lors d'une énième scène de violence conjugale à la maison. La matriarche (incontournable) qui entend bien tirer les ficelles. Le cousin interné, dont on ne parle qu'à mots couverts. La date arrivant, voilà, nos sorciers de toutes confessions réunis, avec un double ennemi commun : le motif de l'ordalie, et une bande d'envoyés de l'Eglise, dans un rôle bien peu charitable ici.

 

Un roman bien agréable qui se termine par le principal rebondissement et du coup ressemble surtout à une introduction... et c'est profondément frustrant. Rassurez-vous, le lecteur est loin de s'ennuyer avant le dernier chapitre, le rythme est celui d'un solide roman d'aventures, les personnages tiennent la route, mais nous voilà typiquement dans le cas où le manque du deuxième tome se fait cruellement sentir. D'autant plus que l'un des aspects séduisants de Retour à Salem est cette impression d'une histoire lue et relue, familière, sans que je sois capable de trouver de titre précis. Vagues réminiscences de l'époque où je lisais du fantastique au kilomètre ? En tout cas le dernier chapitre renverse le tout, et conclut brillamment ce que j'ai vécu comme une cure de jouvence de lecture.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article