Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Quadruple assassinat dans la rue Morgue (Cécile Duquenne)

17 Octobre 2012 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures d'après Minuit

quadruple.jpgUne urgence réelle m'a fait plonger dans ma liste de trucs à lire pour y trouver ce qu'il y aurait de plus léger, voire si je n'avais pas eu la présence d'esprit de glisser un niaiserie dans le tout... je me suis donc penchée sur Quadruple assassinat dans la rue Morgue, sous-titré Les Nécrophiles anonymes.

Népomucène est un employé de la morgue plutôt asociale, mais qui sait choisir ses amis avec discernement.Tant de discernement, d'ailleurs, qu'il n'en a qu'un (bon ok, deux, si on compte Edgar, taxidermiste), mais quel ami ! Un dénommé Robert Joachim Charles-Henri de Bruyère, alias Bob, vampire de son état. Les nuits passent vite à siroter de la Jupiler et à tenter de réanimer dans chatons, entre deux obligations professionnelles pour Népomucène.

Or, quatre assassinats d'une rare sauvagerie ont lieu aux portes de la morgue... il s'avère que les victimes ne sont autre que des collègues (bien peu côtoyés) de Népomucène, qui aurait pu faire partie du nombre ! Le doute n'est pas permis, un loup-garou se laisse copieusement aller à ses instincts... il est temps d'agir pour Bob, et c'est ainsi qu'il reprend contact avec son vieil ami Basil, unijambiste accompagné d'un vampirroquet un peu trauma qui braille en boucle "Pièce de huit ! ".

Je cherchais quelque chose d'agréable et de distrayant (surtout distrayant, très distrayant, extrêmement distrayant. Vous savez, lire pour oublier ? Je trouve toujours ça plus sain que de boire), une histoire dans laquelle s'engouffrer sans avoir à réfléchir, mais suffisamment bien écrite pour la lire sans pester à chaque page. Quadruple assassinat... fut un choix idéal.

J'aurais envie d'écrire que nous sommes dans de la bit-litt à la française, parce que tout en brassant vampires/garous/émois sentimentaux (mais pas trop), on s'éloigne un peu des sentiers battus. Pas de greluche libérée-femme-forte-de-fort-caractère-à-forte-poitrine au premier plan, sur un schéma classique, des relations ambiguës entre personnages, des personnages qui ont un peu de corps justement... je n'en garderai pas un souvenir indélébile, mais ce fut fort agréable ! Et quand je pense au jeune âge de Cécile Duquenne, je me dis que je suis déjà impatiente de voir ce qu'elle écrira dans quelques années, car le tout reste très prometteur.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article