Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Les Tours de Samarante (Norbert Merjagnan)

1 Août 2012 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

tours.jpgSamarante est une cité perdue dans le désert, l'aliène, où six tours difficilement concevables s'élèvent vers le ciel. Au pied de ces tours vivent des hommes. Des hommes classiques, comme Triple A, qui appartient à une jeunesse perdue et pleine de rêve, ou moins conventionnels, comme Cinabre, une préfigurée seule de son espèce, livrée à elle-même par son concepteur. Autour de ces tours, le désert s'étend, ponctué par d'autres cités et quelques tribus nomades, dont celle où Oshagan, héritier unique d'une famille ancienne a trouvé refuge.

Alors qu'Oshagan revient à Samarante, Triple A se fait condamner pour une étrange forme d'atteinte à l'ordre public : sans aucun effet, il a tiré sur l'une des tours, symbole pour lui d'un pan de la société qui lui échappe. Son corps est conservé tandis que son esprit prend les commandes des yeux de Samarante, Argus qui ne laisse à l'abri nulle venelle et trouve davantage d'efficacité dans les neurones humains. Au même moment, Cinabre se lance à la recherche de l'organisatrice de soirées très privées auxquelles elle est conviée... et sombre dans un guet apens qui approfondit les aspects les plus noirs de la cité, déjà peu avenante.

Nous sommes ici dans un univers sombre comme je les aime, où l'humanité pense chercher son salut en délaissant un pan entier d'elle-même. Les technologies permettent de conserver la mémoire de plusieurs génération, de donner l'empathie la plus parfaite à ses préfigurés, d'organiser les systèmes de surveillance les plus pointus... tandis que l'eau est une denrée rares, et les bas-fonds de la ville une forme d'enfer.

Une lecture sombre, éclairée deci delà par quelques notes d'espoir incarnées par les personnages principaux ou secondaires. La rage de vaincre d'Oshagan. La douceur d'Orode, végétal doué d'une modeste raison et de langage, la beauté même de son idée. La simple humanité de Raks et Kaja. Incarnées surtout par Cinabre, dont le mystère persiste malgré quelques éclaircissements, et laisse entrevoir de nombreuses pistes pour la suite...

 

... laquelle suite est d'ailleurs nominée au 2e tour du prix Rosny ainé. Si j'ai plutôt bien aimé ce premier opus, j'en attends maintenant un peu plus du second...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

A.C. de Haenne 05/08/2012 12:54


Encore un (bon) article qui donne envie !


A.C.

Angua 05/08/2012 16:14



Merci !