Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Le Monde perdu (Sir Arthur Conan Doyle)

3 Janvier 2010 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Fin des vacances, envie de tout sauf d'attaquer le dernier paquet de copies. A rendre demain, idéalement. Bref, le moment parfait pour mettre ce blog à jour, car Procrastination, tel est mon second nom!

lost worldParmi de nombreuses lectures de vacances, j'ai relu Le Monde perdu. Ma première lecture datait de... pffiou! Au moins du lycée, si ce n'est du collège. Autant dire des lustres.

Malone est un journaliste amoureux d'une rêveuse, qui repousse ses avances, décidée à n'épouser qu'un aventurier, un homme prêt à risquer sa vie et ayant déjà connu de grandes aventures. Qu'à cela ne tienne! A peine ces mots entendus, Malone se rend à la rédaction de son journal quémander un reportage risqué, et se voit envoyé chez l'irrascible professeur Challenger, accusé de tous d'être un mystificateur.
La rencontre est houleuse, mais Malone parvient à séduire le professeur, et bientôt, une nouvelle expédition en Amérique du sud se dessine, expédition au sein de laquelle Malone devra jouer le rôle du narrateur. Au scepticisme des premières étapes du voyage succède l'émerveillement: et si Challenger avait raison? Et si ce plateau inaccessible avait réellement protégé des créatures et des êtres d'une autre époque?

On reconnait les classiques à l'atmosphère intemporelle qui s'en dégage, et Le Monde perdu correspond parfaitement à cette définition. S'il est besoin de définir le roman d'aventures, il suffit de (re)lire ce roman. les personnages peuvent paraître archétypaux à travers le filtre de ce qui se lit de nos jours, mais retrouver le sens de l'honneur de Roxton, l'esprit romanesque de Malone, et surtout, surtout, les caractères monomaniaques de Challenger ou Summerlee, scientifiques passionnés... c'est un délice. On en oublierait presque le regard condescendant porté sur les personnages secondaires tout droit sortis de l'esprit colonial d'alors, incarné par le brave Zambo, vous savez, le traditionnel serviteur noir
d'une fidélité à toute épreuve?

Malgré ce dernier aspect poussiéreux, le sentiment de lire un texte fondateur du genre fait un bien fou.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

anonyme 24/01/2011 23:09



merci tu me sauve ^^



Angua 24/01/2011 23:15



Tu cherchais une "fiche de lecture gratuite" ?