Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

La survivante (Octavia E. Butler)

24 Septembre 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

survivante.jpgFi, la vile couverture ! Voilà ce qu'on pourrait dire sur ce livre, de prime abord. Mais voilà aussi une image qui fera réagir les connaisseurs, et c'est fort émue que je vais vous dire quelques mots de ce roman, non seulement parce qu'il est d'Octavia Butler, mais aussi parce qu'il est le premier CLA que j'ai acheté en connaissance de cause...

CLA, mais qu'est-ce? Non, pas "classe d'accueil", comme pourraient le penser ceux qui connaissent la chose, mais Club de L'Anticipation, une collection mythique d'Opta qui publia dans des éditions cartonnées, illustrées et numérotées des auteurs comme Simak, Van Vogt, Heinlein, Asimov, Clarke, Anderson... un sacré casting, des détails du côté de nooSFere. Un objet geek à forte tendance collectioniteuse, donc.

 

La Survivante raconte l'histoire d' Alanna. Sur une Terre en proie à la crise, un pasteur et sa femme l'ont recueillie après avoir perdu leur propre enfant, malgré la désapprobation de leur communauté. Alanna est noire, Alanna est une sauvage, Alanna n'est peut-être pas capable de comprendre la parole divine. Pourtant, Alanna monte à bord du vaisseau qui emmène ces missionnaires vers une planète où l'homme peut vivre, malgré les autochtones, animaux humanoïdes couverts de poils aux couleurs changeantes.

Il s'avère pourtant que ces créatures ne sont peut-être pas si animales que l'homme aimerait à le croire... plusieurs tribus s'affrontent dans des conflits bien de chez nous, enlevant parfois leurs ennemis, tenant l'homme sous l'influence du meklah, produit alimentaire extrêmement addictif dont le sevrage semble impossible si on souhaite en survivre.

 

La force de ce roman n'est pas celle des Paraboles, mais elle est là pourtant. Si l'ensemble m'a d'abord paru un peu obscur (va-et-vient entre les narrateurs et les époques), l'immersion est vite totale dans l'esprit d'Alanna, et les thèmes présents dans les autres romans que j'ai lus de cet auteur sont là. ce sont eux, entre autres, qui font qu'elle me parle autant. La femme, la différence, la dignité, le métissage.... ah. Voilà, peut-être y a-t-il une part d'idéalisme malgré la dureté des mondes de Butler, mais j'ai trouvé ce texte, encore une fois, magnifique.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article