Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

La Jalousie (Alain Robbe-Grillet)

22 Octobre 2010 , Rédigé par Angua Publié dans #Un journal semi-littéraire

Avant toute chose, merci beaucoup à tous ceux qui m'ont envoyé des messages suite à mon précédent article! Il faut l'avouer, derrière mes 18 jurons à la minute et mes goûts musicaux que d'aucuns prétendent douteux, je suis une petite chose sensible et tout cela m'a fait chaud au coeur...

 

Même si les toiles d'araignées risquent de pointer vu mon rythme de mise à jour de ce blog, je lis toujours. Si, si. Et je me suis même fait très mal ces derniers temps en allant au bout d'un des romans, extrêmement rares pourtant, qui m'était déjà tombé des mains il y a quelques années.

 

Autant, l'annoncer, ce qui va suivre est exclusivement subjectif. Et j'ai bien conscience de prétendre tenir un blog littéraire, d'avoir fait des études dans le domaine, de me targuer de donner mon avis sur les livres qui me passent dans les mains, voire même parfois d'enseigner la littérature tout en conspuant l'un des auteurs phare du Nouveau Roman.

 

Mais je tiens à le dire, je suis fière. Très Fière. J'ai lutté. J'ai vaincu. J'ai LU La Jalousie en entier.

Pour tout vous dire, il y a tout de même un intérêt énorme à lire ce bouquin: aucune histoire, donc aucune distraction pendant ma lecture, tandis que mon cerveau, au bord de la rupture, carburait à fond sur de l'analyse stylistique pure ou presque. Moi qui envisageais l'agreg en touriste (curieuse de vivre l'expérience de plusieurs jours de suite enfermée dans une salle à disserter après toutes ces années), j'ai tout à coup vu tout un tas de réflexes d'analyse se remettre au route. Autant dire que ce ne fut pas une "lecture plaisir"...

Autre point positif: on pensant à ma propre souffrance, j'ai eu une pensée émue pour tous ces élèves pour qui lire est une torture... ceux qui comprennent ce qu'ils lisent, mais vraiment, n'aiment pas cela, s'ennuient, mais s'acharnent.

 

Comme nous sommes entre nous, je vais me fendre d'une critique (subjective bien sûre) détournée.

En lisant ce roman, je l'avais mon analyse personnelle.

Que voici:

 


 

 

 

 

(Rappelez-vous: j'avais prévenu en début d'article!) 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article