Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

L'Orange mécanique (Anthony Burgess)

14 Janvier 2012 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

orangeJe suis tombée hier sur un "vieil" article de Cachou (oui, je lis parfois les blogs que j'apprécie dans le désordre chronologique le plus total) qui m'a fait un effet boeuf dès le titre. En effet, en cataloguant ma bibliothèque, je l'avais recroisé, et m'étais dit que c'était une priorité de relecture !

 

Ah, L'Orange Mécanique... ces mots résonnent particulièrement en moi. Ils sont associés à l'époque où j'étais au lycée, où je lisais de manière boulimique sans jamais lever le nez vers la télé, en écoutant ce que d'aucuns qualifieraient comme du gros punk qui tâche. Les Béruriers noirs, entre autre, qui glissent ces mots au détour de Vivre libre ou mourir... j'ai lu le livre par curiosité, pris une première claque, vu le film, qui en a été une deuxième, du haut de mes 16 ou 17 ans. Déjà un peu plus âgée qu'Alex.

 

Plus de 15 ans plus tard, si j'avais revu l'oeuvre de Kubrick, je n'avais jamais relu Burgess. Je l'ai fait hier et aujourd'hui, quasiment d'une traite, oubliant un four qui sonnait et n'entendant pas arriver une voiture dans ma cours.

 

Mais quoi, mais qu'est-ce ? demanderont ceux qui découvriraient ici ce titre.

L'Orange Mécanique est l'histoire d'Alex, jeune plein de vie, particulièrement friand d'ultra-violence, de sang qui gicle bien rouge et de devotchkas aux formes généreuses. La nuit, il retrouve ses drougs avec qui il prend du bon temps en castagnant le quidam moyen, braquant les petits commerçants et violant à tout va. Le jour, il sèche les cours chez Pôpa et M'man où il récupère de ses nuits bien remplies avant d'aller quérir quelques disques de musique classique dont il est particulièrement amateur.

Or, ses drougs sont des traîtres, et voilà qu'Alex se fait prendre, juger, emprisonner. Un nouveau meurtre involontaire l'amène à se faire remarquer et le voilà cobaye idéal pour la méthode Ludovico, destinée à réhabiliter le criminel le plus endurci en le dégoûtant définitivement de toute forme de violence. Le lecteur comprend rapidement que Notre Humble Narrateur n'est pas seulement cobaye, mais aussi symbole, instrument, marionnette pour ceux qui lui infligent le traitement. Puis pour ceux qui prétendent l'aider à retrouver une vie normale.

 

Le texte prend aux tripes dès les premières lignes. L'écriture de Burgess, même traduite, est virtuose, les néologismes percutants et le personnage d'Alex aussi odieux que pitoyable. Odieux quand on y réfléchit objectivement, car la narration à la première personne et la déshumanisation de ses victimes posent une distance énorme entre ses actes et leur gravité. Son absence de moralité est totale, son plaisir dans la violence palpable, et, si la réaction sensée devrait être le rejet, il inspire aussi une immense sympathie. Parce qu'au fond, même avant d'être aux mains du système pénitentiaire, la faille est évidente. Coupable, mais pas responsable. Alex est le produit d'une société à la dérive. Qui finira par se délecter de l'image créée par Alex, sans s'interroger une seule seconde sur ce qu'elle cache.

L'homme est noir et sans espoir ici. A la méthode Ludovico près, ce monde est déjà un peu le nôtre.

 

Au final, un roman sain, une lecture à faire absolument, pour continuer à s'interroger sur le monde dans lequel on vit.

Je me referais bien Farenheit 451, pendant que j'y suis...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cachou 31/05/2012 22:11


Après coup, il m'a quand même laissé un sacré souvenir ce livre (ça fait bizarre de me rendre compte que les vieux articles sont encore lus ^_^).


Est-ce que tu sais qu'il y en a un autre qui le "suit", non dans l'histoire même, mais dans ce qu'un auteur d'un tel livre peut vivre à cause de la publication d'un tel livre (qui inciterait les
jeunes à la violence et autres stupidités qu'on a pu dire sur ce roman)? Ca s'appelle "Le testament de l'orange". J'en ai parlé quelque part sur le blog, mais je t'avoue que j'ai un peu la flemme
de chercher l'article ^_^.

Angua 31/05/2012 22:41



Oui ! D'ailleurs... je l'avais découvert sur ton blog !


(c'est toujours étonnant de voir les vieux articles reprendre vie... ça me fait un petit quelque chose à chaque fois, surtout quand je les avais totalement oubliés)



Violette 22/01/2012 22:08


j'avoue? jamais lu, jamais vu ! mais tu m'as donné bigrement envie!

Angua 27/01/2012 18:54



Oh ! Mais il faut ! M'enfin ! J'espère bien que l'envie sera vite réalisée et que tu écriras ce que tu en penses ! ;)