Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Kushiel, tome 2 - l'Elue (Jacqueline Carey)

15 Mars 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

kushiel-2.jpgJe n'en dirai qu'une chose: enfin fini!

Globalement, je gardais un bon souvenir du premier tome, et c'est avec plaisir que je m'attendais à retrouver les personnages principaux. Pour éviter les spoilers, passez votre chemin, et si vous êtes curieux, allez voir du côté de mon avis sur le précédent volume!

Phèdre no Delaunay, maintenant comtesse de Montrève, pourrait couler des jours heureux auprès de Joscelin, qui a quitté l'ordre des Cassilins pour elle. Or, le premier opus se terminant par l'arrivée d'un colis plus qu'inquiétant: Mélisande, ennemie de toujours, lui faisait parvenir son manteau sangoire... avertissement, signe que tout n'était pas terminé et que la sécurité  n'était pas encore totalement assurée en Terre d'Ange. Fidèle à sa reine, Phèdre décide de rejoindre la cité d'Elua et de reprendre le service de Namaa (comprendre: monnayer ses charmes, fort prisés et fort chers), ce qui est un véritable traumatisme pour Joscelin.

Nous retrouvons l'atmosphère d'Elua, le faste des soirées de la noblesse et la sensualité de la cour de Terre d'Ange, toujours dans une ambiance de complots et de mystères entretenus, car l'enquête est rude pour découvrir ce qu'il est advenu de Mélisande lors de sa fuite. Phèdre finit par prendre le chemin de la Sérénissima, où elle est sûre de la retrouver, et d'identifier par la même occasion les traîtres à son pays. Et c'est ainsi que nous plongeons à nouveau dans le roman d'aventures, riches en rebondissements, comme le premier tome nous y avait préparé...

Encore une fois, on se laisse emporter dans ce roman, et la jonction, même deux ans après la lecture du précédent tome se fait facilement par les nombreux rappels aux évènements passés. Toutefois, le texte pêche aussi par ce qui aurait dû être une qualité: un rappel, ça va, deux, trois ou plus... que de paragraphes redondants, hélas! Certes, il faut bien ménager le suspens, et l'épaisseur de l'univers se tisse ainsi, mais trop, c'est trop, et il m'a fallu attendre la moitié du volume à peu près pour enfin voir opérer la magie des page-turner, que j'ai retrouvé avec plaisir. Sans parler de la relecture de la carte de l'Europe, nous passons cette fois par une Grèce fantasmée, où on croise une prêtresse du nom de Pasiphaé... et oui, rien que ça!

A ne pas négliger néanmoins, si vous avez aimé le premier...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article