Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Interrogations métaphysico-bloggueuses

5 Mai 2012 , Rédigé par Angua Publié dans #Un journal semi-littéraire

AVERTISSEMENT : Article nombrilo-centré.

 

Pas besoin de réflexion poussée pour constater que ce blog est largement délaissé. Et pour cause : je ne savais plus trop qu'en faire.

A l'époque où j'ai commencé à blogguer (un temps que les moins de vingt ans ont encore connu, vu que cela remonte à une dizaine d'années), sur une plate-forme absolument pas spécialisée dans la chose, j'y racontais tout et n'importe quoi, en laissant la large place à mes lectures. Puis j'ai migré ici, recentré mon propos.

En parallèle, je découvrais la micro-sphère des blogs littéraires, un univers miniature réjouissant, duquel je suis toujours plus ou moins restée en marge, grande sauvage que je suis IVL comme IRL, mais où je me sentais bien. Peu à peu, avoir un blog, a fortiori, un blog "littéraire", devenait quelque chose de plus en plus sérieux, mais je me sentais vaguement concernée seulement, très occupée à vivre IRL d'une part et... ayant vécu des choses folles dans les coulisses de ce blog et du précédent. Oui, des choses folles, des rencontres insoupçonnées, qui pour certaines ont radicalement changé ma vie.

 

Pendant ce temps là, le web évoluait, les réseaux sociaux explosaient, maillant la toile de plus en plus étroitement. Plus ou moins consciemment, j'ai commencé à me bâillonner, me refusant à aborder des sujets autres que livresques alors que des choses, pourtant, j'en ai toujours des kilomètres à dire. Pourquoi cette auto-censure ? Parce que. Parce que même si le lectorat de ce blog est minime (et surtout composé d'amis côtoyés régulièrement IRL, soyons honnêtes), je craignais de plus en plus pour mon anonymat. Parce que j'avais décrété ce blog littéraire et me refusais à aborder d'autres sujets. Parce qu'on se fixe des règles stupides et castratrices (faire un billet pour chaque titre lu, par exemple). Parce que... quand on me demande si j'ai un blog (vous souvenez-vous de cette époque où on vous regardait avec des yeux en soucoupe quand vous expliquiez le principe ? ), je réponds oui avec la vague honte de ne pas le prendre au sérieux. Parce que ...

 

Les temps changeant, on voit de Grands Anciens parmi les bloggueurs fermer leur porte. Fatigue, lassitude, impression d'avoir fait le tour de la question, harcèlement de la part d'auteurs/éditeurs/lecteurs contents/pas contents/d'accord/pas d'accord, et j'en passe. J'ai moi-même souvent songé à arrêter sans jamais le faire, car au fond, ce dont j'ai envie, ce n'est pas d'un total silence radio. C'est de blogguer... autrement. Sans la pression d'éventuels lecteurs "sérieux", qui viendraient ici en quête de critiques (le gros mots) et de rien d'autre. Oui, nous en sommes là aujourd'hui, et ce n'est peut-être pas une mauvaise chose : un blog littéraire qui a de l'écho a du point, a un rôle de prescripteur pour les lecteurs.

 

De l'écho, je me félicite finalement d'en avoir si peu... car à force de réfléchir à la question, j'ai décidé de changer ma façon de faire (ou plutôt de "ne pas" faire, ces derniers mois). Des avis sur mes lectures, il y en aura toujours. Mais du n'importe quoi qui n'intéresse que moi, aussi... rien que de le dire, je me sens déjà mieux.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Lael 22/05/2012 19:42


tu as bien raison d'ouvrir ton blog à tout ce que tu veux, parce que c'est quand même le gros avantage du blog, c'est le nôtre ! Donc profite-en bien fait comme tu le sens. ça fait longtemps que
j'ai opté pour cette pratique ^^

Angua 31/05/2012 22:42



Je crois que c'est décidément la meilleure !



Acr0 18/05/2012 09:58


Je suis toujours fidèle au poste, à suivre tes pérégrinations :)

Angua 18/05/2012 12:25



C'est gentil ! ;) Je lis aussi ton blog régulièrement, sans jamais le commenter... je suis décidément mauvaise pour ça !



Olivier Tomasini 07/05/2012 14:58


Peu d'écho de ma part... c'est vrai. Sauf lorsque nos lectures se croisent.


 


Amitié,

Angua 07/05/2012 15:54



Ne culpabilise pas : si je suis beaucoup de blogs, je les commente très rarement moi aussi !