Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Fièvre noire (Karen Marie Moning)

22 Février 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

fievre-noire.jpgLivre acheté pour les "cas d'urgence", c'est-à-dire au cas où un jour j'aurais besoin d'arrêter toute activité cérébrale. L'urgence fut là, j'ai donc trouvé l'occasion de lire le premier tome de cette série qui fait beaucoup parler d'elle (suffit de cliquer chez Karine, chez Fashion, ou encore chez Hydromielle, et c'est pourtant ailleurs qu'on m'a conseillé ce roman).

 

Première attente satisfaite: il s'agit bien d'une lecture légère et sans prise de tête aucune! Peu de prise de tête, du moins, car plus ça va et moins je supporte la midinette adolescente. Il parait pourtant que Mac, le personnage principal a 22 ans, mais nous devons être face à un cas de jeune américaine caricaturale qui en aurait plutôt 15 dans sa tête. En effet, le point de départ est là: Mac, 22 ans, obnubilée par son bronzage et ses tenues roses assorties à son vernis à ongle (je l'avoue, j'ai failli renoncer, trop, c'est trop), apprend la mort de sa soeur dans des circonstances aussi inquiétantes que mystérieuses. La voilà donc partie à Dublin, contre l'avis de ses parents désespérés, à accumuler les bourdes et les niaiseries tandis qu'elle croise certains habitants de la ville aux allures... franchement pas catholiques.

Heureusement, elle fait la rencontre de Barrons le libraire avant de se faire méchamment trucider à son tour, car elle est la seule à ne pas avoir encore compris qu'elle est au coeur de trucs inquiétants. Passons sur le poncif du bellâtre richissime bien équipé en belles voitures, l'Homme, le Viril, le Vrai qui prend de haut la jeune fille Rebelle et Insoumise, l'incrédulité de Mac lorsqu'elle apprend qu'elle est une sidhe-seer (aka "qui peut voir les créatures magiques telles qu'elles sont"), la prise de conscience du très grand danger qui menace l'humanité, et la quête d'objets magiques... en tapant cela, je me demande d'ailleurs comment j'ai pu aller au bout du roman, finalement.

Parce qu'il reste de pure distraction. Et garde une part de mystère: mais qu'est donc le mystérieux Barrons? Et aussi, pour tout vous avouer, car la fin m'a rappelé un bref instant Neverwhere de Gaiman, mettant en scène un pan de ville oublié des hommes.

 

Des lectrices de la suite m'ont garanti que les choses se bonifient et que Mac devient un peu moins niaise par la suite... je vais peut-être me procurer le second tome en anglais, histoire d'avoir une caution linguistique à cette prochaine lecture. Oh, et puis, si je suis honnête avec moi-même, au fond, j'ai bien aimé l'atmosphère, même si la narratrice m'apparaît comme le summum de la tête à claques...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

hydromiel 25/02/2011 21:16



Oui, oui, il faut que tu continues. Mac prend de plus en plus d'ampleur. C'est son personnage d'être une blonde écervellée qui ne pense qu'à ses fringues, son vernis à ongle rose etc..... mais la
vie lui colle une baffe magistrale et tout change.


Et puis Barrons.............


Vraiment, il faut que tu continues...



Angua 01/03/2011 00:05



J'y compte bien! Et puis entre nous.... Si j'étais méchante, je dirais que c'est bien fait pour Mac si elle se prend quelques claques. Oh, et puis, en fait, je suis méchante, ça ne lui fera pas
de mal! Vivement le 2e tome!



anne 24/02/2011 11:41



Comme je l'ai dit ailleurs, n'hésite pas à continuer : c'est une excellente série, et l'ambiance devient vraiment très très pesante, sombre, glauque, envoûtante, l'auteur n'hésitant pas à
sacrifier, démolir, bref, à faire souffrir ses personnages.



Angua 24/02/2011 14:10



Je prends bonne note, il est déjà prévu que je me procure le second tome!