Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Ethan d'Athos (Lois McMaster Bujold)

28 Janvier 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

 

ethan.jpgContrairement aux apparences, je lis toujours! Sauf que je ne me voyais pas franchement faire des billets sur la poésie d'Aimé Césaire (lisez le Cahier d'un retour au pays natal! Inexplicable ici, pas toujours facile d'accès, mais juste beau) ou les cahiers Zutiques de Rimbaud (qui gagneraient à être connus).

 

Entre minuit et une heure, j'ai lu Ethan d'Athos,  assoiffée d'aventures de Miles.  Qui est absent de ce roman, détail qui se laisse oublier tant Ethan et la société d'Athos méritent le détour.

Athos est une planète où ne vivent que les hommes. Aucune femme, les bébés sont créés et grandissent dans des réplicateurs utérins à partir d'ovocytes soigneusement sélectionnés. Comme toute procréation médicalement assistée, faire des bébés est une science délicate qui connait parfois des échecs et demande de la matière première; Ethan est l'un des médecins responsables de la conception et la croissance in utero (in replico?). Il réceptionne donc les souches attendues de longues dates lors de l'arrivée annuelle du cargo galactique... Horreur! Des déchets ont été livrés à la place de ce qui était attendu!

Le voilà envoyé hors d'Athos pour se procurer la précieuse matière première qui manque. Et comble de l'horreur, il va avoir affaire à des femmes.

Parmi celles-ci, nous retrouvons Quinn, capitaine de la flotte des Dendaris que nous découvrons ici dans une aventure qui lui est presque propre, Ethan se trouvant ici dans le rôle principal. Dans la lignée de la série, un bon roman d'aventures, qui fait rêver de stations spatiales et propose un choc des cultures (des sexes?) amusant. Aucune réflexion nouvelle sur les relations entre hommes et femmes, si ce n'est la mise en scène d'une égalité presque parfaite, mais un florilège de situations et de dialogues qui font sourire.

Moins haletant peut-être que d'autres opus de la série, mais en restant objective, je ne dirais qu'une chose: Vorkosigan, c'est bon, lisez-en.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article