Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Daywatch (S.Loukianenko)

19 Mai 2010 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

daywatch.jpegVoilà quelques mois, je lisais avec plaisir mais sans réelle vibration le premier tome de cette trilogie. Avec assez de plaisir en tout cas pour me lancer dans la suite, et, que dire? Que je suis presque étonnée de ce que j'avais précédemment écrit.

Après avoir refermé le 2e tome, je pense que le filtre du temps a sans doute été bénéfique, mais surtout que la série doit gagner en qualité, car je me suis largement régalée cette fois.


Tout d'abord, je m'attendais à retrouver Anton, personnage principal (ou l'un des principaux, du moins) de NightWatch. Eh bien, que nenni. Il s'agit pourtant bien là d'une suite, composée comme sa prédécesseur de trois histoires a priori indépendantes mais qui s'entremêlent pour relever d'un tout: la perpétuel lutte des guets. Celui dit "de nuit", au centre du premier opus, est chargé de contrôler les actions commises par les Autres qui appartiennent à l'obscurité (en gros, les égocentriques a priori les plus fun), tandis que celui dit "de jour" contrôle pour sa part les actions des Autres de la Lumière (en gros, les mêmes, quelques prétentions morales en plus), et l'équilibre se fait ainsi.

Même si la situation est ainsi depuis des siècles, il se trouve des périodes où la balance oscille d'un côté ou de l'autre. Et des moments où les agents sont épuisés, ou des Autres bien étranges apparaissent... difficile de résumer sans le dévoiler ce qui se passe ici!


Daywatch est bien plus jubilatoire que le précédent. Plusieurs explications à cela...


ACHTUNG! Spwales!


... entre autre parce que le monde qui se voudrait manichéen ainsi mis en place s'avère ne pas l'être. Les ressemblances se multiplient d'un camp à l'autre, et la diversité des personnages rend complexe la sympathie qu'ils peuvent inspirer au lecteur. Les points de vue ici inversés amènent à voir ceux que l'on suivait précédemment comme les ennemis à abattre, et... force est de constater que ça fait un petit quelque chose quand l'ennemi est abattu (oui, Tigron, je la regretterai!). Surtout, la richesse de tome tient pour beaucoup à l'apparition de l'Inquisition, beaucoup plus présente cette fois-ci. elle permet l'emboîtement des éléments qui forment ainsi un tout cohérent et donne envie de s'interroger sérieusement, une bonne fois pour toute, sur cette question du Bien ou du Mal...

 

Et puis, d'un point de vue tout à fait personnel, si un roman me rappelle les rues de Prague, je suis tout acquise à sa cause. Alors pour le peu qu'on y mentionne aussi Rammstein... Tiens, il me manquerait presque un smiley la bave aux lèvres...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hydromiel 21/05/2010 08:45



Haaaaaaaaaaaaa cette série m'a toujours fais de l'oeil, mais je suis en train de me demander pourquoi je ne l'ai jamais acheté.... et finalement je ne sais pas... j'ai le cerveau qui bat la
campagne.....



Angua 21/05/2010 21:46



Il n'est pas torp tard! On trouve toujours la série! Je suis dans le 3e tome, et franchement, ce serait dommage de passer à côté!


Et même en période de cerveau "qui bat la campagne", ça passe tout seul!