Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Merlin l'ange chanteur (Catherine Dufour)

31 Juillet 2007 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Je viens de terminer la lecture du dernier opus de la série Quand les dieux buvaient... Si vous n'avez pas le bonheur de la connaître: plusieurs volumes qui peuvent être lus indépendamment (pour le 2e, seul qu eje n'ai pas lu, c'est à confirmer) où Catherine Dufour tord le cou des poncifs des contes de fées et remet d'applomb l'humanité de personnages classiques.

Dans ce dernier tome (enfin, dernier dans la numérotation, puisque le volume 0 est sorti il y a quelques mois), un ange et un angelot errent sur terre l'âme en peine après le départ de Dieu, qui est allé voir ailleurs si le gros rouge tachait autant. L'un est en manque de Foi, l'autre d'âme perdues dans les limbes à consoler...

L'ange s'acharne à chercher la foi, même s'il doit pour cela composer avec les fées, davantage préoccupées  de préserver la terre telle qu'elle est pour y poupougner leurs arbres, voire au passage les gentes damoiselles qui s'en approchent. On découvre ainsi les origine de la mythologie artusienne et du chrétinisme (si, si, chrétinisme)n la véritable identité de la dame du lac, les causes profondes des amours de la reine et du fameux chevalier ici sans charrette...

La première partie du roman met en place le tout. Suite à un "accident" magique, le lecteur arrive quatre siècles plus tard... fini la légende arturienne. les fées reprennent leur route, et l'ange et l'angelot fraîchement rencontré partent en quête de foi pour survivre.

C'est là que les choses se gâtent. Qu'ils tournent démon, ok, virent au vampirisme d'accord, s'ebaudissent devant l'inquisition, jubilent face aux buffet, d'accord. Le temps passe, l'un des deux construit le mythe et va s'installer au frais dans les carpathes, l'autre se rend compte qu'il préfère vivre dans son siècle, puis, zou, re-saut temporel... et nous voilà dans un futur où les hommes vivent dans l'espace et ont fait de la terre un simple champ touristique ou guerrier selon les zones.

Et nous retrouvons les personnages merveilleux dans un futur improbable (en soit, rien de gênant, moi j'aime les futurs improbables!), futur dans lequel les morts sont numérisés pour une nouvelle vie... et le conflit continue entre nos deux rescapés (enfin, le pré-mort et l'autre). Au final, ça dégénère totalement, et pour la première fois, je me suis ennuyée en lisant Catherine Dufour... en soit, rien de mauvais, mais tellement décevant après le délire des chapitres précédents! La cohérence disparait au profit d'un monde trop disparate pour être cohérent.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Angua 07/08/2007 14:33

Bonjour,En effet, elle a bien trouvé sa place dans le burlesque! C'est un auteur que j'aime vraiment beaucoup et qui a, à mon avis, énormément de talent. Je crois que c'est aussi pour cela que j'ai été un peu déçue par le fin de ce roman, réussi, mais moins que les autres...

loba 07/08/2007 08:49

Salut!Pour l'instant de cette auteure je n'ai lu que L'immortalité moins 6 minutes, que j'avais bien aimé. Je trouve qu'elle a su faire sa place dans le monde du burlesque