Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Les Tambours de l'automne (D.Gabaldon)

12 Septembre 2009 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Oui, cher lecteur qui passe chercher de la SF et de la bonne, trop, c'est trop.
On pourrait dire que trop de Chardon et le Tartan tue le Chardon et le Tartan... et ce ne serait peut-être pas faut. En tout cas, l'abus de cette saga romantico-fantastico-historique n'est pas forcément mauvais pour la santé, mais nuit gravement à toute lecture autre.
Surtout si, comme moi, vous avez l'habitude de vouloir finir absolument le livre en cours avant d'en entamer un autre (sauf cas très particulier des lectures de bus).
Ah oui, comment est-il ce sixième tome?
Eh bien...
Presque comme les autres, c'est-à-dire pas mal du tout. Mais seulement presque... Claire et Jamie sont maintenant bel et bien installés en Caroline du Nord et font leur trou au milieu de la forêt et des indiens, petit Ian n'a plus grand-chose de petit et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Ce qui ne peut durer, vous vous en doutez! Et c'est là que nous revenons à l'époque contemporaine: Brianna décide à son tour de traverser le cercle de pierres pour retrouver sa mère et enfin rencontrer ce père qui la lui a enlevée. Elle y parvient sans mal (il y a décidément un gène dans la famille), oubliant un détail de taille: Roger, qu'elle laisse au XXe siècle, est loin d'être un crétin profond. Et comme bien évidemment, il est décidé à faire de Brianna la femme de sa vie, que croyez-vous qu'il fît?
Le couple devient ainsi l'objet central de ce sixième volume. J'ignore si c'est le fait d'avoir lu deux tomes presque à la suite, les ficelles qui restent toujours les mêmes ou encore le changement de personnages, mais j'y ai pris moins de plaisir qu'aux tomes précédents. Je soupçonne la frustration de ne rien avoir lu entre deux ('fin, juste 100 pages de Stevenson, ce qui n'est pas rien en matière de qualité), mais aussi une pointe d'écoeurement, comme celle de la gourmandise de laquelle on abuse au risque de la rendre haïssable plutôt que d'attendre sagement la digestion...
Moralité: la suite, ce sera pour l'été prochain!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Laetitia la liseuse 15/09/2009 17:40

Je crois souffrir aussi d'écoeurement car je n'ai toujours pas lu les 2 derniers tomes qui sont dans ma PAL.

Angua 15/09/2009 17:42


Je le comprends tout à fait. Point trop n'en faut à la fois!