Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Alice au pays des merveilles (Lewis Carroll, Anne Herbauts)

27 Août 2009 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures classiques

Préparation de la rentrée, au cas improbable où j'aurais des 6e... c'est ce que je me disais du moins en empruntant cette édition. C'est vrai, pour une relecture, autant voir ce qu'on peut trouver en version illustrée, surtout s'il avère que des illustrations peuvent être utilisées en classe.
Est-il nécessaire, sinon possible, de résumer Alice au pays des Merveilles? On la connaît tous! Tellement bien pour ma part, que ma lecture en VO (qui doit remonter au lycée), s'était totalement amalgamée avec celle de De l'autre côté du miroir et de l'animé de Walt. Une mise à jour s'imposait réellement.
Reprenons, donc.
Alice s'ennuie avec sa soeur qui lit un livre sans dialogue ni image au bord de l'eau, quand elle voit passer le fameux lapin blanc. Elle le suit, chute vertigineuse s'ensuit, et la voilà à manger et boire diverses choses qui la font grandir et rétrécir à tour de rôle, entraînant foule de rencontres aussi improbables qu'une chenille à pipe, le Chapelier, le lièvre de Mars, la reine de coeur et le célèbre chat du Cheshire.
J'ai (re)découvert qu'ils n'étaient pas les seuls à donner l'impression d'ingérer des substances aux effets curieux. Aucun souvenir de Simon le lézard par exemple (m'enfin! le jardinier du lapin! Juré dans le procès final!),  ni de la Tortue Grimace.
Par contre, des personages venus de la suite à foison m'étaient restés à l'esprit...

Une lecture nécessaire aussi dans la mesure où j'y ai posé mon regard d'adulte, ce qui était loin d'être le cas à l'époque précédente. Pour découvrir... qu'Alice est un archétype de la petite fille victorienne, propre sur elle, correcte et polie quasiment en toutes circonstances. Que nombre d'anecdotes peuvent être comprises à plusieurs niveaux (le bébé cochon, par exemple)... un ton général qui m'a fait froid dans le dos, un sorte de malaise s'est peu à peu installé pour rester.
Moralité? Maintenant que je sais que j'aurai des 6e, je sais aussi qui nous étudierons les Contes de Perrault. Pour de multiples raisons, mais surtout... parce qu'une étude approfondie d'Alice comme elle peut l'être à l'arrivée au collège, je m'en sens incapable, j'aurais besoin de m'y pencher des semaines entières, et encore, pour des étudiants...
Une remarque toutefois sur les choix de traduction (expliqués en fin de volume): le parti-pris de tout franciser m'a laissée perplexe... le choix d'une édition pour la jeunesse n'était peut-être finalement pas très pertinent.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Leiloona 28/08/2009 13:02

Je l'ai lu moi aussi cet été, en vue de la préparation de mes cours, puisque j'ai une 6ème, et finalement c'est une oeuvre bien trop complexe pour eux, selon moi. Alors je ne ferai pas cette oeuvre.

Angua 28/08/2009 13:09


Moi non plus, je me contenterai de la proposer en cursive.


The Bursar 27/08/2009 17:54

Je l'ai lu récemment dans l'édition anglaise, j'ai bien aimé les gravures qui accompagne l'histoire. Les contes de Perrault c'est peut-être mieux, oui, pour des 6ème... j'ai trouvé les poèmes un peu ennuyeux vu que je ne connais pas les chansons qu'elles parodient.

Angua 28/08/2009 13:08


idem pour les chansons en VO... un avantage (ou défaut?) de la traduction proposée ici est justement que la traductrice a parodié des comptines françaises.