Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Les frères Karamazov (Fédor Dostoïevsky)

26 Avril 2009 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures classiques

J'ai lu Les Frères Karamazov. Je le répète partout depuis cet après-midi, depuis le moment où j'ai tourné la dernière page et où j'ai pensé "ça y est. J'ai lu Les Frères Karamazov". Vous imaginez à quel point j'en suis fière.
A plusieurs reprises durant cette lecture, je me suis posée la question suivante: comment, mais comment résumer pareil roman? Ce qui ne m'inquiète n'est pas l'épaisseur (891 pages en Livre de poche, dans une police douloureuse pour les myopes dont je fais partie... j'avoue que je ne félicite pas l'éditeur...), ni l'intrigue. Non. La vraie question est plutôt: mais comment retranscrire ce qui souffle à travers ce roman? Dans tous les cas, quoi qu'on puisse en dire, ce sera toujours édulcoré et largement en deça de la plume de Dostoïevsky.
Tentons tout de même. Pour résumer (attention, spoilers inside! J'ai regretté d'en savoir autant avant de lire!), Fédor Karamazoz est ce qu'on peut appeler sans hésiter un père indigne. Trois fils reconnu, deux mères différentes, et un quatrième non avoué. Les fils sont devenus des hommes et ont rejoint leur père à l'âge adulte, pour l'un d'entre eux, Dmitri, pour essayer de rentrer dans ses biens, ce que le père refuse. Le père et le fils aiment la même femme, Grouchenka, sentiment qui poussera le fils à commettre l'irréparable....
J'arrête là. J'en dirai beaucoup trop peu, de toutes manières.
Les Frères Karamazov est un roman que je ne suis pas prête d'oublier, de ceux qu'il faut lire au moins une fois dans une vie. Certes, c'est un pavé, certes, certains passages sont très exigeants (la mort du staretz Zossima, pour ne pas la citer...), mais chaque détail trouve son sens.
Et les personnages... fichtre! Ils sont vivants. Chaque caractère est si minutieusement construit que je sors de ce roman avec le sentiment incroyablement étrange de pénétrer l'esprit de plus d'un. Ma lecture m'a procuré des sensations fortes, de vraies émotions comme je n'en avais pas ressenti depuis trop longtemps, la fiction a réussi à m'indigner, m'amuser... m'émouvoir même. Jamais je n'aurais cru sentir les larmes monter à la fin, et pourtant...
La véritable émotion, voire la catharsis.
Bref, la Littérature.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Karine:) 03/05/2009 17:23

Je me suis promis de lire Dostoïevski depuis longtemps... mais les petits caractères me font un peu peur!  Mais avec ton enthousiasme, je pense que tu es en train de me convaincre que ça vaut la peine!

Angua 03/05/2009 18:31


Oui, oui, oui! Il faut lutter contre les petits caractères! J'ai compris la leçon, je choisirai les prochaines éditions dans de plus grosses polices, mais le texte est si fort qu'on peut passer par
dessus la migraine!