Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Un Tango du Diable, Sabbat Samba (Hervé Jubert)

13 Avril 2009 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Pour une fois, je vous parlerai de deux romans à la fois. Oui, deux: Un Tango du Diable et Sabbat Samba sont difficilement dissociables!
Et pour cause. Il s'agit de la suite du Quadrille des assassins, pour lequel je m'enthousiasmais il y a peu. On y retrouve l'univers foisonnant de Jubert, et surtout, les personnages de Roberta Morgenstern, sorcière et enquêtrice pour le ministère public, et Clément Martineau, son jeune assistant dont la filiation magique s'est révélée il y a peu.
Un nouvel assassin, le Baron des Brumes, sévit à Bâle, une des villes qui a survécu à la grande Crue, et les voilà affectés à l'enquête, tout comme l'intégralité des forces de police qui reprennent du service. En effet, les traceurs, miracles de la technologie qui permettaient jusqu'alors de repérer n'importe quel criminel, semblent incapables de quoi que ce soit... ce qui n'est pas pour rassurer la ville, mais ne semble pas inquiéter outre mesure Fould, ministre et candidat au poste de municipe pour les élections imminentes.
Voilà pour le début du Tango du Diable. Le dernier tome de la trilogie prend la suite directe du second, il m'est impossible d'aller plus loin sans gâcher sérieusement le plaisir de la découverte qui n'est pas moindre.
Si j'avais beaucoup apprécié le Quadrille, j'avoue m'être laissée totalement emporter par les deux suivants. Certes, l'histoire reste classique et sans idée révolutionnaire, mais les personnages et l'univers... sont vraiment intéressants. Le monde posé par Jubert est inclassable, s'inspire du steam-punk, de la fantasy, du post-apo... et garde son identité propre. Une identité solide, cohérente, ce qui n'est jamais simple quand un auteur se pique, en plus, d'y ajouter une touche d'humour. Et de culture, les références nombreuses ne se limitent pas à Urgences. (J'avoue que pour celle-ci, j'imagine parfaitement l'auteur dans un profond moment de désespoir créatif qui tombe par hasard sur la série, crie au génie et court à son PC parodier le tout...)
Et les personnages... j'avoue ma très grande affection pour les Gustavson, famille d'hérissons télépathes dans le rôle de garde-bébé, d'animaux de compagnie ou de talky-walky, improbables fans des Beatles.
Une lecture fort agréable et finalement pas si simple qu'elle ne l'était dans son premier opus, qui propose un sacré bon moment de détente.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article