Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Jonathan Strange & Mr Norrel (Susanna Clarke)

1 Mars 2009 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Je viens de terminer cette pure merveille. Oh oui, il s'agit bien d'une merveille, dans laquelle je viens de m'immerger presque totalement pendant une semaine, faisant mentir la critique duWashington Post qui promettait  des semaines d'émerveillement.

Il est difficile de résumer Jonathan Stange & Mr Norrel, à classer incontestablement parmi les Objets Littéraires Difficilement Identifiables. Je crois qu'il m'a fallu si longtemps pour m'y plonger (l'édition française date de 2007) tout simplement à cause de sa sortie qui fleurait le gros lancement commercial, proposant une couverture noire et l'autre blanche à ce pavé aux allures de grimoire. J'ai tourné autour plus d'une fois en librairie, et parcouru plus d'un blog qui en faisait la critique pour lire un peu tout et n'importe quoi à son sujet, retenant que si certains l'avaient trouvé longs et décousus, d'autres n'avaient retenus que la partie concernant les guerres napoléoniennes, sujet que je trouve tout de même peu palpitant.
Je comprends beaucoup mieux maintenant la difficulté qu'il y a à évoquer ce roman.
Tout commence en 1806, lors d'une réunion de la Société d'York, club honorable qui réunit  de tout aussi honorables gentlemen férus de magie. Théoriciens seulement, car il est bien connu que la magie a disparu d'Angleterre depuis des siècles. Un nouvel arrivant, Segundus vient poser une question fort dérangeantes à ces braves messieurs: mais pourquoi donc a-t-elle disparu, justement?
Accompagné d'un gentleman moins obtus que ses confrères, Segundus se rend dans la demeure reculée d'un érudit retiré du monde, mais spécialiste de magie: un certain Mr Norrel. Stupéfaction: ce dernier n'est pas seulement théoricien... Mais praticien, et certainement seul magicien d'Angleterre. Naît alors le projet de restaurer la grandeur de la magie en Angleterre, science complexe s'il en est.
Voilà pour le contenu des premiers chapitres. L'intrigue se compose ensuite d'un tissage étroit de personnages, tous plus surprenants et construits les uns que les autres, dans une action prenant place sur une dizaine d'années durant laquelle non seulement, la magie revient, mais ces personnages se trouvent pris dans un maillage d'aventures aussi complexes que passionnantes. La densité de l'histoire fait de chaque serviteur ou apparition secondaire un rôle incontournable dans les rouages du roman, le tout dans un style proche des romans victoriens, mais emprunt d'une ironie délicate et subtile.
Ce roman est de ceux dans lequel on s'oublie, laissant le quotidien de côté pour s'imprégner totalement de l'univers proposé. Celui de Susanna Clarke a la solidité de celui de Tolkien: les nombreuses notes de bas de pages, que je craignais fastidieuses en voyant la longueur de certaines, sont autant d'étais à un monde déjà bien installé. Quand il ne s'agit pas de donner une référence (fictive, mais précise) à une allusion, c'est le détail d'une légende évoquée qui est rédigée, lecture chaque fois dispensable mais qui prolonge encore un peu la délectation.

A lire, à lire absolument, à lire en prenant son temps malgré celui qu'il exige tout simplement pour aller à son terme: il le mérite amplement.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karine :) 08/03/2009 18:10

Je l'ai lu il y a un moment et j'ai bien aimé, même si je ne suis pas aussi emballée que toi... en fait, j'ai trouvé les 500 premières pages un peu longues...

Angua 08/03/2009 22:33


J'avoue que je m'en suis délectée...


Neph 05/03/2009 16:04

Si c'est à lire absolument, alors je prends ! Joli blog, en passant !

Angua 05/03/2009 16:13


Tu m'en diras des nouvelles! Car oui, c'est à lire je confirme encore!


michael conan 03/03/2009 23:29

vas VOIR mon blog une video de moi
explique ma demarche humaine
peut tu demander a tous de la regarder afin de comprendre

mon blog

http://michaelconan.over-blog.com/

Eeve 01/03/2009 20:36

Ouh! Je vois que tu as aimé, je prends donc note ( ce serait bien qu'on se fasse un ou deux billets comparatifs!) Tu es en "deuil" de ce livre , non? On ressent ça quand on a beaucoup aimé un roman...Si tu fais un tour chez moi, j'ai une question à propos du livre de Brassens dont tu me parlais!Good night!

Angua 01/03/2009 21:42


J'ai même plus qu'aimé: j'ai adoré!!!!!
L'expression "deuil d'un livre" est peut-être un peu forte, mais en tout cas j'éprouve le sentiment indéfinissable qui suit la dernière page d'un livre si gros et si bon...
Quand tu veux pour le billet comparatif! Reste à trouver sur quel livre...