Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

L'île au trésor (Pierre Pelot)

17 Février 2009 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Ah, l'île au trésor... Bones, vieux marin alcoolique et mystérieux, Chien Noir, pardon Pero Negro... le Barraco, point de lumière au milieu de l'orage... et ce bon vieux Jim Hawkins. Et la carte de Flint, et surtout, surtout, Johnny Jump Silver...
Une série animée reprenant le tout a bercé mon enfance, sans doute est-ce pour cela que ces noms résonnent aussi fort dans mon imaginaire, qui a pourtant lu deux fois le roman des origines. Pourtant, je n'envisageais pas particulièrement de lire le roman de Pelot, croisé par hasard dans une bibliothèque.
Et je ne le regrette nullement...
La réécriture n'est pas un art facile, surtout quand le modèle choisi n'est autre que Stevenson. L'histoire est à la fois la même et différente, ce qui est, me direz-vous, le principe d'une réécriture, mais ici, il est difficile de qualifier autrement le résultat.
Les ingrédients sont là, transportés au milieu du XXIe siècle. En ces temps où plus aucune terre ne semble être à découvrir, la Grande Surprise (joliment pour parler de la montée des eaux, non?) a eu lieu et l'Amazone a maintenant la largeur d'un étang. Les Caraïbes ont vu leur surface habitable sérieusement réduite, mais la vie a globalement repris son cours, même si un certain nombre de détails prouvent que le monde ne va pas forcément bien hors de la vie des principaux personnages. Point de pillage de galion pour faire la fortune de Flint: il a vécu à une époque où il est bien plus simple de s'enrichir en détournant gros et convertissant en bon vieil or les sommes récoltées. Rien à voir avec la bourse: financer la politique bananière a été plus que rentable!

J'ai retrouvé le plaisir de l'Ile des origines. D'autres personnages grandiosement semblables, chaque souvenir de Stevenson qui fait l'histoire que j'ai en tête... vraiment une belle réussite. Pour la peine, j'ai recommencé Stevenson.
Et pour la peine encore, c'est décidé, mes élèves vont en profiter aussi, que diable!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article