Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

L'enfant noir (Camara Laye)

6 Février 2009 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures curieuses

Voilà un bon moment que ce bouquin traînait sur une étagère. Tout là-haut, avec les autobiographies ou "assimilés comme tels", acheté d'occasion suite aux conseils d'un élève.
N'aurait-ce été cet élève-là, je crois que je en l'aurais pas acheté, juste emprunté un jour. Un casse-pied de première pour qui j'avais beaucoup d'affection, réfractaire au français (et au collège en général), qui me l'avait apporté quand j'avais demandé à sa classe de faire des exposés pour présenter des livres. Il l'avait étudié l'année précédente, et son enthousiasme incapable d'aligner deux phrases à la suite pour le résumé m'avait convaincue.
Bon, convaincue qu'un jour je m'y mettrais, il a tout de même fallu quelques années avant que je ne l'ouvre. Et encore, parce qu'il paraît que je vais aller en voir l'adpatation avec mes élèves et que je voulais savoir un peu plus précisément de quoi il en retournait.

On ne peut pas dire que je partage pleinement son enthousiasme, mais je l'ai compris. Ce récit autobiographique (et donc rangé au bon endroit, ô joie fétichiste!) se lit facilement sans être un texte facile, utilise des mots et une langue simple et épurée, sans être simpliste.
Difficile de résumer ces souvenirs d'enfances, puisque c'est de cela qu'il s'agit. D'instantanés des moments qui rythmaient l'enfance du jeune Laye, mais aussi des moments-charnières, de la circoncision à son arrivée à l'école de Conakry en s'achevant sur son départ pour la France.

Un livre plein de qualités, donc.
Mais....
Il y a un mais.
Je sens que je vais l'oublier rapidement. Contrairement à la question qui me fascine: pourquoi ai-je autant de mal à prendre du plaisir (un réel plaisir gratuit, pas celui qui consiste juste à penser que le texte qui est lu est "bon") à lire un récit se déroulant en Afrique?
Pourtant, je trouve souvent les personnages intéressants. Nobles, aux valeurs ancestrales, souvent proches de la terre nourricière. Mais je trouve qu'ils se ressemblent toujours et m'ennuient... seul Kirinyaga avait échappé à la règle, et on peut difficilement dire qu'il fasse partie des romans situant leur action en Afrique. Je n'en ai pas encore trouvé qui dépassent les archétypes présents dans les contes africains, contes que je connais seulement à travers les manuels scolaires, la carence vient peut-être de là.
Tout comme je n'arrive pas à m'intéresser vraiment à "l'exotisme", face auquel j'ai toujours l'impression d'être face à une image d'Epinal réductrice. J'aimerais pour une fois lire un roman qui prend pied en Afrique et présente autre chose que le griot si sage, la mère si bonne et maternelle, le père si philosophe, etc, etc...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article