Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

L'art du disque-monde (T.Pratchett, Paul Kidby)

29 Décembre 2008 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures curieuses

On ne se refait pas, surtout en période de vacances (de fin d'année de surcroît).
Voilà pourquoi, alors que je venais de me replonger dans la lecture de Novice (bêtement oublié dans une voiture, puis Fascination est passé par là: autant de raisons de m'interrompre), je me suis à nouveau interrompue. Ce qui n'est pourtant pas dans mes habitudes, c'est promis!

Tout ça parce que je me suis surprise à re-feuilleter L'art du Disque-Monde, sagement rangé sur une étagère sans être oublié pour autant, et... que j'ai commencé à le lire. A le lire réellement, non plus à me contenter de regarder les belles images et me disant vaguement que certaines me rappelaient quelque chose (entre les pastiches de Vinci, Munch, Wood, Wright, il y a plus d'une occasion d'ouvrir d'autres livres de belles images, sur les classiques de la peinture cette fois), soit à prendr ele texte du début jusqu'à la fin.
Pas facile à résumer, je n'essaierai même pas. Mais ô combien passionnant pour la Discworld-addic que je suis... l'auteur et l'illustrateur y parlent de la relation qui les lie, de ler travail commun. Et surtout, surout, Pratchett prend le temps d'expliquer l'origine (ou la non-origine, c'est selon) de personnages récurrents, qui étaient là histoire de faire fonctionner la machine au début... et sont devenus des icones à part entière.
Prenez la Mort par exemple. Une personnification anthropomorphique bien pratique à l'origine, qui permet de dédramatiser la chose... et puis... Le Faucheur, Mortimer... la famille de la Mort, le Père Porcher, Suzanne, Albert... et tout ce qui s'ensuit. Le Bibliothécaire? Pire encore. Il n'aura jamais son roman propre (pour cause de problème technique expliqué par le maître, un monologue intérieur limité à "ook?" ... je vous laisse imaginer le boulot pour le lecteur. En pleine construction de sens, sur un coup comme ça) Pourtant, quiconque a jamais ouvert un roman des Annales a toutes les chances de l'avoir croisé. Et de s'en souvenir. L'auriez-vous cru? Il a pourtant une origine purement pratique lui aussi.
Bien plus qu'un simple commentaire des images, L'art du Disque-Monde livre des éléments de la génèse du cycle. Sans technicisme, sans démystification, associant son imagination débordante et le travail de l'écrivain... un pur moment de plaisir.

Le tout agrémenté d'illustrations vraiment superbes... Mais, pour vous faire une confidence, mes images pratchetiennes restent définitivement liées au trait de Josh Kirby, l'illustrateur auteur de mon avatar... Une empreinte différente, mais Mémé et Angua (pas moi, l'originale) auront toujours la forme qu'il leur a donnée!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article