Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Les Bienveillantes (J.Littel)

6 Mars 2008 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures curieuses

undefinedVoilà, enfin terminé!

J'étais curieuse de lire ce roman, très curieuse même. Ce n'est pas l'effet Goncour, qui me laisse indifférente, mais vraiment le sujet me rendait curieuse. Depuis le magnifique Sobibor de Jean Molla, je me demandais quand j'aurai l'occasion de relire un roman historique présentant la guerer du point de vue du bourreau nazi...

J'avoue que c'est un sujet qui me fascine et me laisse perplexe. J'arrive à concevoir les guerres sur des sujets religieux ou financiers, mais le massacre des Juifs... non, c'est au-dessus de mon imagination. La lecture de ce récit, à travers le point de vue d'un officier allemand qui raconte les cinq années de guerre telle qu'il les a vécues, ne répond toujours pas à mes interrogations.
C'est un roman dense, long, trop long parfois, et pas forcément passionnant. Je ne pourrais pas dire que j'ai pris du plaisir à le lire, malgré une envie croissante d'aller jusqu'au bout qui me gagnait au fil des pages. Pas une vraie lecture pour le plaisir... Je me trompe peut-être en disant que ce roman n'était pas passionnant, car il est tout de même foisonant d'informations et de situations très concrètes, qui m'ont éclairées sur plusieurs aspects de la guerre délaissés par mes cours d'histoire ou bien enfouis au fond de ma mémoire. Je pense à la bataille de Stalingrad par exemple, ou aux premières mesures d'extermintation des juifs, pour moi, seule la "solution finale" et une série de dates représentaient la deuxième guerre mondiale.
Du coup, j'ai plutôt eu l'impression de lire un documentaire intéressant. Vaguement mâtiné de romanesque, surtout par la psychologie parfois délirante du personnage... Parait-il qu'on a reproché à Littel son "érotisation de l'extermination", mais ce n'est pas ce que j'ai vu dans ce roman. Certes, il y a de ... l'érotisme? Mais ce mot ne parait pas adapté. Des fantasmes, des moments de délire, oui, mais d'érotisme point à mon sens... ou dans l'esprit d'un narrateur trop malsain pour que je l'identifie comme tel.

Je suis sortie de cette lecture soulagée. Soulagée d'avoir fini, de quitter ces horreurs, mais toujours aussi perplexe. Je sais, je suis d'una nature naïve... Mais le fait est là:je ne comprends toujours pas la Shoah. Je ne comprends pas qu'elle soit arrivée au XXe siècle, que je voyais innocemment comme plus à l'abri que les autes. 
Je ne comprends pas. Et finalement, c'est peut-être tant mieux pour ma santé mentale.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

clochette 14/05/2008 23:16

Je ne l'ai tjs pas lu, c'est un tel pavé et le sujet est tel que cela ne me donne pas envie. Un jour peut-être...