Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

L'homme qui vendit la lune

10 Août 2007 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Ce recueil de six nouvelles appartient au cycle "Histoire du futur", d'Heinlein dont il faut décidément que j'approfondisse mes lectures. Chaque histoire a pour thème une possibilité technologique, souvent réalisée depuis son écriture, et les relations humaines et leur complexité.


Lire Heinlein est fascinant. Les personnages sont humains, très humains, et leur psychologie réaliste. On a le sentiment d'un spécialiste de psychiatrie, de physique, de mathématique à chaque instant, et mis à part quelques clichés (ah, ces femmes comparées à des actrices avec qui le héros veut immédiatement aller boire des vers... humour ou machisme? En tout cas, je refuse de croire à la maladresse...), d'une vision quasiment journalistique des évènements.

Ce recueil m'a captivée. C'est un terme que j'emploie rarement, parce qu'on fond c'est rarement celui qui convient, mais là j'ai vraiment ressenti une avidité à lire, un besoin préssant d'avancer... et de comprendre. Ma culture scientifique est d'une maigreur à faire peur, et même si je suis bien incapable de distinguer ce qui est plausible d'un point de vue scientifique de ce qui l'est moins, j'ai eu le sentiment dapprendre tout au long de ma lecture.
homme.jpgLigne de vie: Le docteur Pinero fait hurler l'Académie en annonçant sa découverte: il sait, sans risque d'erreur possible, calculer la dates de la mort de n'importe qui... Loin des préoccupations éthiques, ce sont les assureurs qui s'en prennent à lui, ruinés par ses prédictions toujours exactes.

"Que la lumière soit" : Deux scientifiques, lui, ours de laboratoire, elle au physique de mannequin, découvrent comment produuire de l'énergie à partir de lumière et inversement, et cela à moindre coup. La pression des industrie énergétiques se fait vite ressentir, et une seule solution s'impose: livrer leur secret à la presse afin qu'il n'en soit plus un.

Les routes doivent rouler: Le progrès a permis la mise d'un niveau système de transports révolutionnaires: "les routes". Les hommes n'ont plus qu'à progresser de tapis roulants en tapis roulants pour relier des villes éloignées en quelques heures... L'économie du pays dépend des routes, et seuls des hommes solides mentalement y travaillent. Du moins a priori: un fonctionnaliste mégalomane lance un jour une rebellion absurde, menaçant de paralyser le système.

Il arrive que ça saute: Une pile atomique alimente 13% des USA en énergie... sa force est colossale, et sa maîtrise indispensable, car la moindre erreur pourrait être fatale à une bonne partie de l'humanité. Les hommes chargés de la contrôler sont eux-mêmes en permanence surveillés, mais les (psychonévroses?) sont de plus en plus fréquentes...

L'homme qui vendit la lune: Harriman, homme d'affaires visionnaire qui a le goût du risque, rêve depuis toujours d'aller sur la lune. C'est ainsi qu'il décide ses associés à investir et tout mettre en oeuvre pour que son projet deveienne réalisable..

Requiem: Impossible de résumer cette nouvelle sans dévoiler la précédente... la lune est devenue accessible, le rêve lunaire toujours au centre du texte.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article