Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Je m'habillerai de nuit (Terry Pratchett)

26 Avril 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

En ces temps de trouble avec moi-même, il y avait un test infaillible pour voir si le fait que je trouvais mes dernières lectures sans grande saveur venait vraiment de moi.

A savoir, ceci:

je m'habillerai de nuit

Voilà, rien de tel qu'un Pratchett nouveau pour savoir ce qu'il en était réellement. Avant d'aller plus loin, je peux vous l'annoncer: tout va bien!

Maintenant, quelques mises en garde... ce qui va suivre va spoiler, surtout pour qui connait l'univers du Disque-Monde. Pour qui ne le connait pas, vous pouvez lire sans souci, mais commencer par ce tome serait dommage, tant on le savoure au regard des autres...

 

Autant le dire (ne l'ai-je pas déjà fait d'ailleurs?), la série des aventures de Tiphaine Patraque ne fait pas partie pour moi des meilleurs romans des Annales. Pourtant, j'y trouve toujours du plaisir, car l'univers et la logique sont là! Et les Nac Mac Feegle aussi.

Je m'habillerai de nuit, en plus d'avoir un titre que je trouve magnifique, nous met face à une Tiphaine de 16 ans, bien installée dans son rôle de sorcière des Causse. Les premiers signes sont d'autant plus étonnants: la garde-malade du baron n'a plus aucun respect pour le chapeau pointu! Trouver Tiphaine à son chevet quand il meurt n'arrange pas ses affaires, et la déferlante commence, tandis que la jeune sorcière se voit contrainte de se rendre à Ankh-Morpork pour prévenir Roland qu'il succède à son père.

Et là... le festival amorcé grâce aux Feegle commence. Certes, dès qu'on retrouve les rues de la cité, je me sens chez moi, mais la galerie de personnages qu'elle y croise est des plus réjouissantes. Voilà le Guet, une journaliste croisée dans la Vérité, la fameuse boutique Pipo, P'tit Arthur le Dingue (sur qui il était tant que la lumière se fasse!) et, le croirez-vous? Eskarina. Oui, celle-là même que nous avons connue enfant dans La Huitième fille...

Bien sûr, Tiphaine rentre, en plus des obsèques, un mariage se profile et elle a compris la menace qui plane sur elle et ses consoeurs. Et qui voit-on pointer son chapeau, à ce sujet? Je laisse les amateurs répondre.

 

Je ne dirais qu'une chose... aaaaaaaaaaaaaahhhhhhh. Ce qu'il est bon, celui-ci.

Mais inquiétant aussi... une impression de "boucle bouclée" m'inquiète, l'auteur est malade et donne la triste impression aussi de rendre hommage à ses personnages les plus forts à travers ce tome. Toujours est-il qu'il réussit parfaitement, et j'ai retrouvé mes sensations de lecture de la première époque, celle où les pages tournent, où on glousse, où on s'émerveille, parce que bon, croiser Angua (l'originale)... ça me fait toujours quelque chose!

Lire la suite

Les Loups de Prague (Olivier Paquet)

25 Avril 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

loups pragueMicro-billet pour la forme...

 

Roman terminé hier soir, après bien des soupirs, soupirs qu'il ne mérite pourtant (peut-être)  pas.

Huit ans après un coup d'état militaire, Prague est une ville calme, un modèle de sécurité et de tranquillité. Une ville trop calme, car cette atmosphère ô combien paisible a un prix: une surveillance de chaque instant, qui permet une réactivité instantanée au moindre rouage qui se gripperait dans la vie de la cité.

Vaclav, journaliste, ne supporte plus cet état de fait. Il est membre de VIRUS, un groupe décidé à ouvrir les yeux des habitants et à les libérer. Il croise sur son chemin les Loups, l'un des clans de la Ligue, organisation mafieuse de Prague qui bien entendu n'est pas grande amatrice de cet état de fait...

 

Objectivement, je trouve ce roman bon. La réflexion sous-jacente sur les notions de moralité, de sur-surveillance, de liberté restreinte pour offrir la sécurité... les personnages de "libérateurs" égoïstes et motivés par leurs seuls intérêts méritent le détour.

Mais... cette fois encore... j'ai peiné dans cette lecture. Misère. Heureusement que je suis en vacances.

Lire la suite

Fièvre rouge (Karen Marie Moning)

24 Avril 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures d'après Minuit

fievre-rouge.jpgOui, bon, ok, je sais, je n'avais pas été emballée par le premier tome. Même que j'hésitais à lire le deuxième. Et puis... si vous avez lu les précédents billets, vous le savez, ce n'est pas franchement l'éclate niveau lectures ces temps-ci. Peut-être est-ce dû au fait que j'ai des lectures dont je ne parle pas sur ce blog qui m'occupent beaucoup et ne me réjouissent pas toujours.

Toujours est-il que puisque je lis des choses sérieusement, d'une part, je me voyais bien lire une bonne niaiserie pour reposer mon cerveau de l'autre.

Et paf! un mauvais sort, une malédiction, la lune ou que sais-je, je me suis dit que le moment était bon pour me lancer dans Fièvre Rouge.

Bon.

Il y a un avantage, en deux jours et en marge du reste, c'est plié.

Moins bon.

Ce second opus m'a pas mal agacée... (notez la première apparition d'un souriard dans un billet de ce blog, on vit peut-être un moment historique). Oui, le personnage toujours d'une niaiserie effrayante et d'une bêtise qui fait que je ne la trouve plus crédible dans son rôle (mais comment peut-on être si égocentrée ? et s'en sortir malgré une réflexion proche de celle de l'huître?), mais de surcroît, le style m'a sauté aux yeux. Les répétitions. Les maladresses de construction.

Et ces derniers points me font peur, très peur. Qu'est la lecture plaisir devenue si je me la laisse polluer par ces questions?

Pourquoi s'acharner dans ce cas?

Cette question. je voudrais savoir comment ça finit. Mais si Barrons s'avère être un loup-garou, comme je le crains (merci de ne pas me spoiler en commentaire, faible comme je suis... je sens que je lirai la suite), je vais crier au scandale.

Lire la suite

Le Bossu (Paul Féval)

24 Avril 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures classiques

bossu.jpgLecture impromptue auto-suggérée suite à la lecture du sujet d'un appel à textes (aux Editions Rivière Blanche, dont on ne parle pas assez!).

Est-il besoin de résumer le Bossu, de présenter Lagardère? Hum? Pour les incultes (dont j'étais jusqu'à il y a peu!), Lagardère est un virtuose de l'épée, et a surtout un sens de l'honneur hors normes. Quand il est présent par hasard la nuit de l'assassinat du duc de Nevers, il ne peut qu'écouter son coeur et promettre de sauver l'enfant que celui-ci lui confie peu avant d'expirer, la jeune Aurore, alors agée de deux ans.

Une vingtaine d'année plus tard, l'ignoble Gonzague, assassin du susmentionné duc, est marié à sa veuve qui l'ignore dignement depuis toutes ces années. Or, Gonzague est, comme nous venons de le dire, ignoble (puisque c'est le méchant, et un méchant très méchant, sans scrupules, prêt à tout pour arriver à ses fins) et bien décidé à profiter de l'héritage de l'enfant disparue. Qu'à cela ne tienne! Il débusque une jeune fille qui tiendra le rôle, tandis que sa demeure s'ouvre à la spéculation parisienne, et ne prend pas garde au curieux bossu qui vient s'installer dans la niche de son chien. Il a grand tort...

 

 

Classique du roman feuilleton et du roman de capes et d'épées, je dirais que le Bossu est une lecture... intéressante? On s'y prend au jeu, mais je ne suis que peu sensible à la succession de rebondissements qui mènent à la fin, convenue depuis... les premières pages? Ceci dit, je conçois que ce soit un classique de la littérature populaire. Les personnages sont devenus des archétypes qu'il est amusant de voir dans leur milieu d'origine, mais, comme pour Les Soldats de la Mer... j'ai peiné à la finir. Serait-ce le signe de ce que d'autres bloggeuses appellent la "panne de lecture"? J'en frémis... je crois que cela ne m'est jamais arrivé auparavant...

Lire la suite

Les soldats de la mer (Yves et Ada Rémy)

24 Avril 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

soldats-copie-1.jpgVoilà un livre bien troublant. Roman, recueil de nouvelles, fix-up? Difficile de trancher.

A première vue, il semble que nous y lisions des nouvelles. Toutes prennent pied dans le même univers et ont en commun des allures fantastiques... ou bien fantasystes (oui, c'est mon blog, je fais des néologismes si je veux). Les personnages y sont toujours des soldats, même si le complément "de la mer" ne risque pas de venir a priori.

Et pourtant...

J'avoue avoir été déroutée et avoir traîné des pieds pour avancer dans cette lecture et la terminer. Pourtant une certaine musique y souffle. Certains personnages piquent réellement la curiosité du lecteur, et plus d'une nouvelle laisse sur sa faim, faim que j'ai espéré satisfaite par la suite de ma lecture. Ne serait-ce que l'histoire de cette troupe qui passe soudainement, sans explication aucune, du monde habituelle ou deux lunes se font face au notre, où une seule brille, ou encore l'histoire de ce lac au milieu d'une forêt qui donnerait accès à un monde autre... mais au bord duquel on découvre les hommes partis s'y cacher une nuit morts au petit matin, allongés côte à côte sans que personne ne puisse l'expliquer.

Difficile aussi d'en dire davantage sans dévoiler le fin mot de l'ensemble, car fin mot il y a... mais là encore, j'aurais aimé en savoir davantage. Malgré les longueurs, j'ai continué car les auteurs ont réussi à créer une atmosphère follement mystérieuse, oppressante, inhabituelle, et j'attendais beaucoup de ce qui conclurait le tout. J'attendais beaucoup de réponses que je n'ai pas trouvées. Une lecture finalement bien frustrante.

Lire la suite

La danse du miroir, Memory (Lois Mcmasters Bujold)

11 Avril 2011 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

danse-miroir.jpgMise à jour expresse et tardive, mais pour une saga qui mérite toujours qu'on parle d'elle!

Un coup de mou ces dernières semaines m'a fait remettre le nez dans l'univers de Miles Vorkosigan. Comme pour chaque billet sur le sujet, je conseillerais à qui ne connait pas encore la série de filer vers Cordelia Vorkosigan (premier tome dans l'ordre chronologique des évènements, ordre différent de celui de la publication) et de se méfier de ce qui suit, qui sera court mais spoilant.

 

La danse du miroir nous donne l'occasion de retrouver Mark, le clone jumeau apparu pour la première fois dans Un Clone encombrant. Mark s'y était vu offrir sa liberté, malgré un fort reste d'amertume vis à vis de ceux qui lui ont donné vie. Plus que tout, il veut se venger de l'ensemble de Jackson et pour cela... prend la place de Miles à la tête des mercenaires Dendarii pour y organiser un raid. Tout de même moins doué que son frère, il organise une expédition qui tourne mal dont Miles vient le tirer au prix de sa vie. Si un caisson de secours traîne dans les environs, il est possible de ne pas être vraiment mort, si on a sous la main un bon médecin. Enfin, si on ne perd pas le caisson en cours de route... le personnage de Mark s'y étoffe, devenant vraiment autre chose que la marionnette croisée précédemment, y gagne en humanité et devient attachant à son tour.

 

Memory se situe peu après La Danse du Miroir. Miles a repris du service chez les Dendarii, cachant les séquelles de son memory.jpgaccident jacksionnien tant que possible, c'est-à-dire jusqu'au jour où il est pris de convulsions lors d'un sauvetage et tire sur l'homme à ramener sans pouvoir le contrôler. Aller simple pour Barrayar où l'attendent les foudres d'Ilyan, chef de la SecImp, et fin des Dendarii à cause d'un rapport passant sous silence l'évènement. Miles reprend la vie d'un planétaire, d'un jeune noble Vor et on s'y ennuierait presque avec lui, car si l'adrénaline monte encore, le suspens est bien plus ténu ici.

 

La série s'essouffle peut-être un peu avec ces deux tomes, mais on les lit néanmoins toujours avec plaisir. Ce plaisir des vieux amis retrouvés, sans prise de tête, où on est sûr d'un ensemble qui tient plutôt la route même si on se doute que les choses finiront bien.

 

Je signale d'ailleurs que les éditions J'ai Lu font renaitre de ses cendres la collections Millénaires (qui publia du bon!) et annonce une premier tome de l'intégrale des Vorkosigan, ainsi qu'un inédit dans les semaines à venir. Ne les manquez pas, certains tomes restent introuvables à prix honnête!

 

Lire la suite