Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Prochaine critique sur...

15 Novembre 2007 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

limbo.jpg

Ce n'est pas tous les jours que j'ouvre un roman conseillé à la fois par Gérard klein et James Morrow... Même si je n'ai pas retenu ce titre dans mon corpus, quel délicieux moment de lecture j'ai passé en m'y plongeant...

Lire la suite

Malevil (R.Merle)

15 Novembre 2007 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Bon sang, ce que j'ai lu ces derniers temps...

Cet article ne sera pas une critique. Pour une raison simple: Malevil fait partie des quatre titres que j'ai retenu pour mon corpus de master... je vais donc passer deux an le nez dedans et dans d'autres, et il me paraît impossible de résumer à quelques impressions de lecture le travail qui se prépare...
malevil.jpg
Lire la suite

Dr Bloodmoney (P.K.Dick)

8 Novembre 2007 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Il est temps de se mettre à jour dans mes lectures, qui commencent à dater!

Pour résumer... la fin du monde. L'apocalypse nucléaire a eu lieu, en 1972.
Stuart balaye devant la boutique qui l'emploie lorsqu'il aperçoit le dr Bluthgeld entrer chez le psychiatre qui fait face au magasin, homme au visage mondialement connu car l'une de ses erreurs de calcul est à l'origine de ladite apocalypse...
Ce même jour, Hoppy Harrington, phocomèle (le 2e que je croise chez Dick...) vient se faire embaucher pour réparer des téléviseurs dans la boutiqe où travaille Stuart... handicapé, effrayant, il a un pouvoir étrange sur les appareils électriques qu'il peut faire fonctionner sans même y toucher...
Et puis, l'apocalypse a lieu à nouveau. 
La nouvelle société renait, la narration se précise sur une petite communauté où Harry a trouvé sa place... Et bien trouvé sa place, au point d'en être devenu un notable. Le Dr  Bluthgeld est présent lui aussi, sous une autre identité, accablé par le poids de la culpabilité, persuadé d'avoir été à l'origine du second holocauste.
Autout de ce petit monde, un satellite tourne avec à son bord un homme, seul, unique lien entre les communautés humaines...
La vie a donc repris, a priori régulée, dans un univers traditionnel d'après les années qui suivent une catastrophe. Jusqu'au jour où Stuart arrive dans la communauté, renvoyant à Harry l'image d'un passé méprisant qu'il refuse... au moment où ses étranges pouvoirs ont crû de façon inquiétante...

Je prends toujours autant de plaisir à lire Dick, au-delà de la nostalgie adolescente de cet auteur qui est un de ceux qui m'ont révélé la SF. Br Bloodmoney  est beaucoup moins classique qu'il n'y paraît, les interrogations sur l'humanité et ce qui la forme, la fait, fondamentalement, à savoir les relations et les enjeux de pouvoir, épaississent singulièrement l'intrigue. Et la folie humaine est omniprésente, sous-jacente à chaque instant quand elle ne saute pas au visage du lecteur...

Lire la suite

Attterrrisssage...

8 Novembre 2007 , Rédigé par Angua Publié dans #Un journal semi-littéraire

Il y a des moments difficiles dans une vie...

Un retour de vacances, ça en fait partie.

Un retour d'excellentes vacances, c'est pire encore... 

Mais un retour d'Utopiales 2007 pour retourner au boulot... c'est trop! J'ai retrouvé mes élèves les neurones à l'ouest, quelque part entre les bouquins que je n'ai aps lâchés depuis mon retour et plusieurs idées fixes, de l'ordre de "faut que je lise ça", "mais où je vais trouver ce p... de bouquin?", "et si je faisais une partie là-dessus dans mon mémoire?", "en histoire littéraire, je sais! ce sera ça"...

uto.JPG


Et des souvenirs déconnectants  qui semblent déjà être au-delà du réel.

En gardant le meilleur pour la fin:

-J'ai failli m'ouvrir les veines en découvrant le cosplay... heureusement que quelques candidats étaient amusants, mais l'ensemble m'a ffligé par son pathétique;

-Avant, je me dirais que je lirai un jour des mangas, parce qu'il y en a sûrement d'excellent et que ça vaut le coup de violenter son cerveau pour lire à l'envers. Maintenant, je sais qu'il n'y a  aucune urgence puisque c'est un genre qui fonctionne par cases... des années de militantisme pour virer les 12-14 filles et consorts de l'éducation populaire...  je m'initierais quand j'aurai fait le tour des romans qui m'intéressent.

-Des retrouvailles qui font grandement plaisir avec des bouilles déjà croisées à Bellaing... pourtant je n'étais pas en forme à l'époque et loin d'être réceptive, pourtant des gens se sont souvenus de moi!

-Une rencontre attendue avec impatience: Thierry Di Rollo. Je trouve l'auteur grandiose, et contre toute attente, il est souriant et enjoué... sa dédicace restera à part, et je ne risque pas de laisse trainer mon exemplaire d'Orvil Fischer entre toutes les mains... Le fétichisme me gueterait-il?

-Une rencontre aussi épatante qu'inattendue: James Morrow et sa femme.... une gentillesse, une simplicité, une culture qui m'ont complètement séduite malgré mon anglais approximatif.

-Une autre rencontre, tout aussi inattendue et inoubliable: j'ai passé une heure avec Gérard Klein... 

Bref. Rentrée plus que jamais gonflée à bloc pour mes recherches.
Et franchement, ça m'a fait bizarre de causer accord du participe passé et tenue du chevalier aujourd'hui... 
Lire la suite