Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Hiroshima n'aura pas lieu (James Morrow)

19 Juillet 2014 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Hiroshima n'aura pas lieu (James Morrow)

Un rapide et bref retour sur le dernier roman de James Morrow, traduit récemment au Diable Vauvert avant que je n'en oublie tout...

Voilà (encore) un auteur avec qui je vis une histoire d'amour de longue date. Forcément, cet homme est à l'origine de la trilogie de Jéhovah. Et le reste de son œuvre ne m'avait encore jamais déçue.... cela était peut-être trop beau pour durer, car je sens que si je ne me presse pas de vous parler d'Hiroshima n'aura pas lieu, le souvenir de cette lecture, déjà flou, finira par disparaitre.

Syms J. Thorley, acteur de série B au succès retentissant dans les années 50, écrit ses mémoires dans la chambre d'hôtel où il envisage de mettre fin à ses jours à l'issue d'un festival où il a encore reçu une récompense. Un épisode en particulier a bouleversé sa vie : un rôle confié par l'armée, qui aurait pu définitivement faire renoncer les Japonais au conflit, rôle qui consista à revêtir le costume d'un lézard géant pour faire démonstration des talents destructeurs des bestioles fraichement créées et nageant dans un lac non loin de là. Seul problème : aussi impressionnantes que furent les bêtes, pas une once d'agressivité en atteignant l'âge adulte...

Un rythme soutenu, des rebondissements et des personnages loufoques, un bel hommage au cinéma dit "de genre" (non, pas là ? ), mais... si la lecture reste agréable, je suis déçue. J'aime le talent de Morrow à brasser dix idées par paragraphes dans ses autres romans, et la démonstration, la dénonciation plutôt, n'arrive ici qu'en bout de course et bien modeste. Un comble que cet avis, je trouve, quand on pense au plaisir qu'on trouve dans un cinéma (et une littérature) facile, plaisir évoqué à chaque page, et sur lequel je ne crache habituellement pas.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Escrocgriffe 20/07/2014 16:42

A la lumière des retours sur la blogosphère, je pense qu’on adore ou qu’on déteste ce roman !