Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Morwenna (Jo Walton)

29 Juin 2014 , Rédigé par Angua Publié dans #Lectures SFF

Morwenna (Jo Walton)

J'ai beaucoup lu ces derniers temps, et ce n'est pas le choix des sujets qui manque pour fournir de nouveaux articles à ce blog. J'aurais même pu me dire que les visiteurs égarés ici ont déjà entendu parler de Morwenna, qui n'est pas passé inaperçu à sa sortie, et pour cause. Pas moins de trois prix prestigieux (un Hugo, un Nebula, un British Fantasy, il nous manque le Locus, mais j'ignore quelles sont les dates butoir pour y être éligible... et entre nous, vu qu'un certain Neil Gaiman l'a obtenu cette année, la surprise serait plutôt de ne pas trouver le nom de Jo Walton dans la short list).

Quand les cris au chef d’œuvre sont aussi unanimes, il y a de quoi se méfier, mais quelques lecteurs de mon entourage qui ont toute ma confiance se sont enthousiasmés aussi, et voilà, à mon tour, j'ai lu Morwenna.

Morwenna a une quinzaine d'années et vient d'être confiée à la garde de son père, disparu à sa naissance. Sa sœur jumelle a perdu la vie dans un accident de voiture, accident dans lequel Morwenna a elle-même été gravement blessée au point de ne plus pouvoir espérer marcher sans canne. Un bien maigre chagrin à côté de celui d'avoir perdu sa moitié. La folie de sa mère pousse Morwenna à fuguer pour se réfugier auprès des services sociaux, qui la confient à cet inconnu qu'est son père.

Inconnu, vraiment ? Sans s'être jamais parlé, ils ont pourtant en commun le goût de la lecture, et de la science-fiction en particulier. Leur relation n'a pas le temps de se développer, Morwenna se retrouvant inscrite dans le sombre pensionnat qui a déjà vu passer ses tantes, mais le lien de Morwenna aux livres ne fait que s'étoffer et se confirmer, omniprésent dans le journal qui nous dévoile son quotidien, et mêle son esprit rationnel et cartésien à ses relations étonnantes avec les fées. Car Morwenna a grandi dans ces régions sinistrées du Pays de Galles où les anciennes fonderies sont devenues friches, abritant le Petit Peuple avec lequel elle a noué des liens durant toute son enfance...

Et pourtant. Morwenna est aussi un roman terriblement réaliste et rationnel, qui ne peut que faire vibrer avec intensité le cœur de tout lecteur amoureux des livres, des bibliothèques et des librairies, a fortiori celui de SF qui connait ces soirées entre passionnés à se demander si tel ou tel auteur ne se serait inspiré de tel autre, à s'émerveiller devant les portes de réflexion ouvertes par tel roman, de la magie qui se dégage de tel autre... il démontre à quel point cette activité par définition solitaire qu'est la lecture crée des liens forts, rapproche, épanouit, bref, rend heureux.

La liste des bloggueurs qui ont lu Morwenna avant moi est trop longue pour que je les cite tous, mais vous pouvez lire l'avis de Lisbei, d'un Papillon dans la lune, de Lorkhan, de Cornwall, A. C. de Haene, Efelle... et s'il est encore besoin de preuves, cette ode à la lecture est déjà l'origine de son propre challenge.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eidyia 29/06/2014 13:55

Hello !

je découvre ton blog et en même temps ce roman dont, aussi étonnant que cela puisse paraître, je n'ai jamais entendu parler.
Je note le titre dans un coin de ma tête, il me tente bien :)

Eidyia 01/07/2014 19:36

Merci à vous deux pour vos précisions :)

Pour moi, pas de "mauvais genre", je lis un peu de tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi, peut-être).

Je note, je note :)

Angua 01/07/2014 15:37

Merci pour ta visite Eidyia ! Ce n'est qu'à moitié étonnant que tu n'aies pas entendu parler de ce livre, il est associé à ce qu'on appelle tristement "les mauvais genres"... dont sont amateurs la grande majorité des visiteurs de ce blog ! ;)
Lorkhan a dit l'essentiel "ça ne peut que parler aux lecteurs" ! Au-delà des genres, je crois que ce qui fait l'une des grandes forces de ce roman, c'est son côté déclaration d'amour aux livres et à la lecture.

Lorhkan 30/06/2014 22:18

Tu peux y aller sans crainte, c'est un livre de fantasy tout à fait lisible par ceux qui n'aiment pas (ou ne connaissent pas) la fantasy. Mais si c'est un genre qui te plait (le genre imaginaire au sens large), c'est encore mieux !
Ça ne peut que parler aux lecteurs, mais pas que, il y a tant de choses auxquelles s'identifier dans ce roman !