Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Journalsemilitteraire

Fiction tome 14 - printemps 2012

28 Octobre 2013 , Rédigé par Angua

Allez savoir pourquoi je n'avais jamais lu la revue Fiction, telle qu'elle existe aujourd'hui ! Aucune explication rationnelle ne me vient. Toujours est-il que je suis rentrée d'Aubenas avec le tome 14 et que si ce n'était pas un signe du FSM, je ne sais pas ce que c'est.

Il y a quelque chose d'impressionnant quand on a l'objet entre les mains. La revue ne ressemble pas à celles auxquelles je suis habituée, sinon fidèle : une couverture épaisse, à rabats, cache un sommaire hybride, entre celui d'un recueil de nouvelles et d'une revue plus traditionnelle, masquant un peu de rédactionnel derrière des titres de rubriques comme "Chroniques impressionnistes" ou "Regard".

Dans les revues de SF, l'un de mes grands plaisirs est de découvrir chaque nouvelle sans aucune information ni idée préconçue, ouverte à tout, et surtout à l'inattendu. Contrairement aux anthologies et autres recueils thématiques, j'aime particulièrement savoir que tout, ou presque est possible. J'en ai profité pour une lecture totalement morcelée, intercalant une nouvelle entre deux romans, et étalant le tout sur... deux mois. Autant dire que mes souvenirs du début ne sont plus de première fraicheur. Mais... le temps ayant fait son office de filtre, je me contenterai de vous parler des plus marquants pour moi.

couverture

Des ombres sur la paroi de la caverne, de Kate Wilhelm est peut-être mon préféré. Des enfants jouent à se faire peur dans une grotte, non loin d'une ferme familiale, et un bout jour, le drame a lieu : sans explication, l'un d'eux disparait. La famille est brisée. Ses cousins, complices et victimes selon le regard posé sur eux, reviennent sur les lieux des années après et retrouvent le petit garçon qui n'a pas vieilli, lui... Un texte qui fleure bon l'innocence de l'enfance et l'horreur qui vient la briser, aux saveurs de Stephen King pour sa simplicité et son efficacité. Un thème proche d'une nouvelle plus récente (Des grenouilles sur le paillasson, d'Annette Reader, Galaxies n°24), dont j'ai largement préféré le traitement de K. Wilhelm.

L'économie du vide, de Sarah Thomas, m'est resté en mémoire pour la même force d'évocation. Une histoire de solitude bien plus profonde cette fois : une astronaute se retrouve coincée dans une station lunaire, faute de crédit sur Terre aux lendemains d'une crise économique pour pouvoir rentrer. Bien des années, après, une expédition vient à sa rencontre. L'angoisse du vide gagne le lecteur avec la folie croissante du personnage.

Faveur, de Madeleine E. Robins, pourrait prendre des airs inquiétants par les elfes qu'on y rencontre. Finalement une mignonne histoire d'amitié inter-espèces entre une couple de gnomes et une jeune mère isolée, un moment de fantasy rafraichissant.

Partir, de Robert Reed, commence comme l'histoire d'une amitié qui évolue entre deux hommes, et qui bascule le jour de la disparition du fils de l'un des deux. Longtemps, on pourrait croire que le texte est réaliste, à la limite, dans une tradition fantastique où le doute va surgir... mais il s'agit bien de SF, d'une SF subtile qui inclut les terriens dans une guerre extra-terrestre aux enjeux obscurs.

Et enfin, Retraverser le Styx, de Ian R. McLeod, auteur représenté deux fois dans ce munéro. Son premier texte (le conte du maitre meunier), m'avait paru interminable, et pénible, et mon enthousiasme modéré en retrouvant le nom de l'auteur... et bien, la biographie de l'auteur ne ment pas en parlant de diversité d'inspiration ! Cette fois, il s'agit de SF (et non de conte, je vais finir par croire que j'ai développé une allergie à ce genre), d'une histoire sur fond de mythologie où le secret de l'immortalité a été percé et coute bien cher à ceux qui entoure les créatures prolongées artificiellement.

La lecture d'un numéro de Fiction était une sacrée lacune dans ma culture. La voilà réparée, et même si tous les textes ont été loin de me séduire, ceux qui j'y ai aimé contrebalancent largement ! Comme souvent dans les revues, finalement.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Escrocgriffe 31/10/2013 12:25

On dirait qu’il y en a pour tous les goûts, ça donne envie de découvrir tout ça ;)

Angua 04/11/2013 23:03

Ah oui, une très bonne revue, avec beaucoup de variété !

Escrocgriffe 31/10/2013 12:25

On dirait qu’il y en a pour tous les goûts, ça donne envie de découvrir tout ça ;)